Partagez | 
 

 Surprenante intrusion [PV Tony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emma Fawley-Barnes
Nombre de messages : 35
Avatar : Daria Milki
DC/TC : Steven Rogers
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 01/05/2018

Sujet: Surprenante intrusion [PV Tony]
07.07.18 1:15

Surprenante intrusion
Tony x Emma
Cette nuit là, après son service au restaurant, Emma n’a pas vraiment envie de rentrer chez elle. Ou plutôt, si, mais peut-être se permette une petite balade avant d’emprunter le chemin familier. Allons jeune fille, minuit passé, ce n’est pas une heure pour trainer. Surtout que lorsqu’elle fait la fermeture, Bruce veille. … Bon d’accord, il n’est de toute manière rarement endormit, même en temps normal. Disons qu’il vérifie l’heure d’une manière un peu plus insistante lui qui est si facilement plongé dans son travail pendant des heures. Un petit sourire se forme sur les lèvres de la rouquine. Bruce Banner a ce côté touchant et un peu paternel quand il s’inquiète. Elle se promet donc de ne pas trop tarder non plus.

Ses cauchemars n’ont cessé de se multiplier depuis qu’elle a vu Bucky a l’Aéroport pendant que les avengers se battaient entre eux. Le choc avait été dur à encaisser. James Barnes est en vie, mais surtout, il ne fait qu’un avec le Winter Soldier. L’homme qui l’a enlevé, violenté et livré à l’Hydra quand elle est arrivée dans cette époque quelques années plus tôt. L’homme à cause de qui elle a été torturée.

Des blessures qui ne pourront jamais guérir. Après tout, elle n’avait que 16 ans à ce moment là. Mais Emma avait apprit à vivre avec. Avec ses peurs, ses démons et son passif. Du moins, jusqu’à que tout se dégrade, depuis quelques semaines. Les mains dans les poches, elle parcourt les rues en soupirant, plongée dans ses tristes pensées. Sans le vouloir, ses pas l’ont mené au pied d’un bâtiment particulièrement connu. L’entreprise Stark. Elle recule un peu et ses yeux se lèvent pour observer l’écriteau scintillant au sommet de la tour. Stark. Le plus grand allié de Stevie Punk, jusqu’à récemment du moins. Emma n’a pas perdu l’habitude de l’appeler ainsi quand elle pense à Steve. Elle avait entendu Bucky l’appeler ainsi un nombre incalculable de fois quand elle était petite. Surnom qui était resté. Pourtant, quand la rouquine c’est retrouvée piégée dans le futur, constatant que Steve y était aussi, elle ne l’a pas approché. Quelque chose l’a retenu. La peur. Peur qu’il la considère comme un monstre, avec l’anomalie qui d’elle une mutante. Même encore maintenant, les mutants ne sont pas bien vus.

Est-ce qu’elle éprouve des regrets aujourd’hui ? Oui. Parce que si elle l’avait approché au lieu de passer son temps dans le musée, les choses auraient été autrement, et peut-être qu’elle aurait eu le fin mot de cette histoire, concernant Bucky. Et surtout, elle serait pas restée seule.  Aujourd’hui, elle continue d’être sans réponses. Ou du moins, des débuts qui ne lui plaisent pas vraiment. Sa main tripote la plaque militaire autour de son cou. James Buchanan Barnes. Plaques qu’elle a récupéré après avoir inlassablement joué avec le temps pour le sauver, en vain. Ou peut-être que si. Peut-être qu’elle avait réussi à éviter sa mort et qu’à force de jouer avec ses pouvoirs, elle lui a réservé un avenir plus cruel encore : l’Hydra. Peut-être que tout est de sa faute.

Emma inspire un bon coup pour ne pas craquer en pleines rues et cache son collier sous son haut. Une nouvelle fois, elle observe la tour Stark. Lui … Lui, il peut avoir des réponses. Une idée aussi folle que stupide lui vient alors à l’esprit. Infiltrer le bureau de Stark et chercher dans ses affaires, un dossier concernant Bucky. Après tout, il l’a combattu, alors il doit bien avoir ça. Emma ne prend pas vraiment le temps de réfléchir aux conséquences. C’est peut-être sa seule chance et si elle ne la saisit pas, elle le regrettera. Comme bien des choses.

L’adrénaline monte alors, sa respiration se fait plus saccadée, consciente des risques qu’elle va prendre, mais son visage plus déterminé.

“Oh, Emma, tu es complètement folle …”

Pour se parler à elle même, ça, c’est sûr. Bon, maintenant, comment aller jusqu’au bureau de Tony Stark sans se faire remarquer ? Vu l’influence et la célébrité de l’homme en tant que chef d’entreprise et Super-Héros mondial (rien que ça !) elle est persuadée que le bâtiment est hautement surveillé, même lorsqu’il est fermé, à une heure si tardive.

Emma, de quoi tu parles ? Tu peux te téléporter, figer le temps, remonter le temps …. Oui, elle peut faire tout ça … Non, elle pouvait faire tout ça. Au passé. Maintenant, pour ce qui est de l’utilisation de ses pouvoirs … C’est bien parce qu’elle ne les contrôles plus qu’elle se retrouve bloquée ici. Déchirée par la perte de Bucky après avoir tout tenté pour le sauver, Emma avait complètement perdu ses moyens. En voila le résultat. Depuis, elle ne les utilise plus. Même les X-Men ont tenté de l’apaisé, en vain.

Maintenant, elle n’avait pas le choix. Si elle veut enfin connaître la vérité, elle va devoir s’introduire dans cet établissement. Son coeur s’emballe mais Emma prend sa décision, pas bien sûre de ce qu’elle va faire.

Elle se concentre alors, fermant les yeux. Mais son corps refuse de disparaître. Allez … Allez, tu peux le faire. Elle insiste mais le résultat est toujours peu concluant. ALLEZ !! Après de longues minutes, la rue est déserte, Emma a disparu ….

…. Pour réapparaître en se cassant la figure, se retenant au grand bureau. La jeune femme se redresse et active la lumière de son portable pour éclairer un minimum la pièce plongée dans le noir. Elle y est. C’est certainement le bureau de Stark. Oh, Emma, qu’est-ce que tu es en train de faire ? Se déplaçant le plus silencieusement possible, la rouquine colle son oreille à la porte. Il ne semble pas y avoir du monde. Et pas de caméra non plus, du moins elle n’en voit pas dans la pièce.

S’installant au bureau, elle allume l’ordinateur. Ce qui est bien quand on a passé quelques années à l’institut Xavier, c’est qu’on côtoie plusieurs sortes de personnes. BIen que connue pour son côté solitaire, Emma c’est fait quelques amis. Donc un, petit voyou, petit hackeur, qui lui a apprit quelques astuces. Elle entre donc assez facilement dans l’ordinateur de Stark, ignorant qu’il s’agit là d’une erreur, le système de sécurité, prévenant la propriétaire.

Posant son portable sur le bureau, elle se contente de la lumière de l’ordinateur et farfouille un peu dans les dossiers. Elle fini par trouver ce qu’elle cherche. Un dossier sur Bucky. Inspirant un bon coup, elle clique. Peut-être qu’au fond, elle aurait du s’abstenir. Elle plaque sa main sur sa bouche, quelques larmes coulant sur son visage. Les photos, les écrits. Des mots marquent alors son esprit. Hydra. Meurtres. Victimes. Winter Soldier. Des mots qui font ressurgir des souvenirs. Le laboratoire de l’Hydra. Ses cries. Ceux des autres. La peur, la douleur. Des marques qu’elle porte encore sur son propre coeur. La migraine et la nausée la prend. La rouquine attrape son portable et recule brusquement sur le siège, qui s’éloigne d’un bon maître sous son impulsion. Son coeur bat trop vite et Emma passe une main sur ses yeux … Un peu trop tard. Elle n’a même pas fini de rassembler ses émotions et retrouver ses moyens, que la porte est déjà ouverte, les lumières allumées.

Croisant le regard de l’homme si connu, cette apparition soudaine eu le mérite de la stopper dans sa crise d’angoisse. Horrifiée, Emma prend conscience du problème qui s’impose face à elle. Encore bouleversé par ce qu’elle vient de voir, par ses souvenirs et la présence du maître des lieux, elle se lève brusquement et se plaque contre le mur derrière elle.

“... Monsieur … Stark.”

Oh Emma, quels ennuis es-tu entrain de t’attirer ? Et Bruce ? Bon sang, que va dire Bruce ?! La frayeur et la culpabilité lisibles sur son visage, Emma perd ses moyens et reste figée sur place, contre le mur, incapable du moindre mouvement ou même de quitter l’homme du regard. La pauvre adolescente est à deux doigts de la syncope. Le corps tremblant, elle garde ses mains crispée contre son portable, qu’elle a ramené contre elle, comme pour se protéger. Panique à bord.




greenie strawberry
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Stark
Nombre de messages : 199
Avatar : Robert Downey Jr.
DC/TC : Caitlin Snow / Yelena Belova
Le cœur et ses caprices : En couple avec une rousse au caractère exéc... exemplaire
Date d'inscription : 03/05/2018

Identité secrète
Matériel en votre possession:
Vos Liens:
Votre Camp: Héros

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
08.07.18 0:02







Des boîtes de pizza empilées les unes sur les autres, de vieux gobelets de soda côtoyant des emballages froissés de shawarmas, de la musique rock à fond... S'il semblait ô combien aisé de s'imaginer avoir posé le pied dans la chambre universitaire d'un jeune homme peu soigneux, il n'en était rien. Rien n'était plus éloigné de la vérité. D'une part car Anthony Edward Stark avait depuis bien des années quitté les bancs de l'université - période ô combien honnie de sa vie où son génie ne lui guère attiré la sympathie et l'amitié de ses pairs - et d'autre part, la bonne tenue de son laboratoire était bien la toute dernière de ses préoccupations. Non pas que ce dernier soit de nature spécialement désordonnée mais entre faire un brin de ménage et laisser la musique stimuler son imagination et sa créativité comme rien d'autres n'y parvenait, son choix n'en était même plus un à ce stade. Le brin de ménage pouvait bien être remis à plus tard. S'il y pensait. S'il ne reléguait pas cette tâche secondaire au fin fond de sa mémoire, voir même s'il ne l'oubliait pas totalement. Comme à son habitude.


'Cause I'm T.N.T., I'm dynamite
T.N.T., and I'll win the fight
T.N.T., I'm a power load
T.N.T., watch me explode



Trônant dans un coin de l'établi, il était presque surprenant de trouver pareille radio dans un laboratoire à la pointe de la technologie. Mais pour rien au monde l'ingénieur n'aurait l'idée de s'en séparer, cette radio aux allures vintage et portant la marque du passage des années ayant une certaine importance sentimentale à ses yeux. Sa mère n'aurait sans doutes jamais pu remporter le titre de "Mère de l'Année" mais malgré tout, il ne pouvait faire preuve envers elle du même manque de clémence qu'il éprouvait lorsqu'il se laissait aller à penser à son géniteur. Un géniteur qui ne se privait jamais de lui faire bien ressentir combien son comportement n'était pas celui qu'il pouvait attendre de sa part quand sa mère, elle, s'efforçait de lui faire oublier par n'importe quel moyen les paroles de son père. Ce n'était pas tout le temps, pas forcément efficace, mais l'intention était bien là. D'où cette fameuse radio, sur laquelle Maria Stark dénichait à chaque fois la première station diffusant de la musique classique venue pour valser ne serait-ce qu'un instant avec son fils unique. Ces moments mère-fils, de par leur rareté, n'en demeuraient donc que plus précieux à l'héritier Stark qui tendit la main vers l'appareil pour en monter le volume.


D'aucuns diraient que celui-ci était bien trop fort pour ne pas infliger de sérieux dégâts à l'audition mais pareil risque importait très peu à l'ingénieur. Celui-ci avait déjà bien trop longtemps vécu avec des éclats de shrapnels enfoncés dans la poitrine et qui, sans la présence de son réacteur Arc, lui auraient déchiré le cœur. Si cette menace là n'était plus depuis bien longtemps, restait toujours cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête : vivre son dernier jour sur terre, partir en mission et y perdre la vie. Devant une telle possibilité, pourquoi prendrait-il la peine de s'inquiéter des répercussions que pourrait avoir un son trop fort sur son audition ?


I'm dirty, mean and mighty unclean
I'm a wanted man
Public enemy number one
Ya Understand
So lock up your daughter



... Le geste se suspendit à quelques centimètres seulement de la surface holographique, frappé par une révélation soudaine. Il n'aurait jamais dû mettre cette chanson. I'm a wanted man, public enemy number one. Comment ces mots, d'apparence innocents, n'étaient-ils pas sensés lui évoquer Steve ? Steve, dont la seule présence suffisait à apaiser les foules lorsque les Avengers, du temps où leur équipe fonctionnait encore. Steve, considéré comme l'incarnation vivante de la bannière étoilée avant que les gouvernements mondiaux ne se retournent contre lui, incapables d'accepter son refus des Accords. Et malgré sa propre incapacité à comprendre pareille décision - les Avengers n'étaient pas au-dessus des lois et se devaient de respecter certaines limites ! - Tony regrettait que les choses ne se soient pas déroulées autrement.


Il regrettait que les Accords se soient achevés en un véritable fiasco ayant mené leur équipe à se diviser en deux et à s'affronter dans l'aire de stationnement d'un aéroport allemand, il regrettait que Steve, pour une raison qu'il ne pouvait également pas comprendre, ai osé lui dissimuler l'identité de l'assassin de ses parents, détruisant ainsi leur amitié avant de fuir vers une destination qui lui était inconnue. Ce qui était sans doutes pour le mieux, il n'imaginait que trop bien ce que le gouvernement américain - voir les Nations Unies - lui demanderait de faire si la localisation de Steve venait à être connue. Il pouvait certes se saisir du téléphone affreusement démodé - qui d'autre que Steve pour utiliser un téléphone à clapet !? - posé juste à côté de son ordinateur, taper un simple numéro et voir ce qu'il adviendrait suite à cet appel mais gâcher ce qui ressemblait fort à une seule et unique chance ? Tony n'y tenait guère.


Interrompant ces pensées sur ce qui s'était passé, sur ce qui pourrait ou ne pourrait pas arriver, une désagréable alarme retentit dans tout le laboratoire, coupant même la chanson sans qu'il trouve à s'en plaindre. Mais cette alarme, quoique désagréable, n'avait été installée qu'au cas où et n'était donc pas sensée retentir ! Là était toute la beauté de la Tour Stark : en plus d'être le bâtiment le plus technologiquement avancé du tout New-York, celle-ci était de ce fait dotée d'un système de sécurité ultra performant sensé empêcher toute intrusion. Ce qui signifiait que si cette fameuse alarme retentissait, ce merveilleux système n'était pas infaillible et ce fait constituait à lui seul un véritable affront pour l'ingénieur.


Ingénieur qui s'en préoccuperait dès la première occasion, bien plus préoccupé par l'intrusion ayant actuellement lieu dans son bureau. Qui contrairement aux apparences n'était pas l'endroit le plus sensible de toute la Tour - les ordinateurs "principaux" étant regroupés dans son laboratoire - mais ce n'était pas pour cela qu'il allait autoriser qui que ce soit à fouiller comme bon lui semble dans ses affaires ! Une fois à l'étage où se trouvait son bureau, son laboratoire déserté sans plus attendre, Tony se glissa le plus discrètement possible (quand bien même la discrétion n'était pas sa plus grande qualité) jusqu'à son bureau, espérant surprendre le voleur sur le fait. Et le voleur n'était en rien ce à quoi il aurait pu s'attendre. Rien n'aurait pu le préparer à tomber sur une jeune femme, à peine une adolescente, une petite rousse bien plus du genre à réviser ses cours qu'à s'introduire en pleine nuit dans la Tour la plus sécurisée de la ville.


“... Monsieur … Stark.”


- C'est bien, vous connaissez mon nom. Mais donner rendez-vous à qui que ce soit, c'est pas vraiment mon truc, encore moins en pleine nuit. Donc il faudra m'expliquer ce qu'une petite voleuse dans votre genre fait par ici.


... Et l'air bien trop perturbé pour être venue voler d'éventuels secrets technologiques. Impossible pour Tony de manquer les yeux écarquillés par la frayeur de la jeune femme, encore moins ses joues baignées de larmes mal dissimulées... S'approcher suffisamment du bureau pour retourner l'ordinateur portable vers lui répondit également à ses propres questions puisque le dossier de Barnes s'affichait sur tout l'écran. De toutes les informations soutirées par les Avengers lors du démantèlement des bases d'Hydra, il fallait que cette fille soit intéressée par le dossier d'un Terminator super-assassin responsable de plus d'une cinquantaine de meurtres.


- Vous ne devriez pas être ici. Et ce dossier... Pourquoi lui ? Pourquoi Barnes en particulier ? Cela ne vous apportera rien de bon.


L'homme pourrait - devrait ? - laisser parler son énervement, virer cette jeune fille de son bureau puis de sa Tour, quitte à la menacer des pires représailles si celle-ci s'aventurait à exposer à qui que ce soit ce qu'elle avait vu sur cette ordinateur mais il n'en fût rien. Car Tony n'était pas spécialement en colère, ni même du genre à menacer une lycéenne. Tout ce qu'il voulait bien, c'était comprendre les motivations de celle-ci. Le pourquoi de son intrusion.

(c) SIAL ; icons sial



________________
“‘Mr. Stark displays textbook narcissism’…
Agreed.



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas
Emma Fawley-Barnes
Nombre de messages : 35
Avatar : Daria Milki
DC/TC : Steven Rogers
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 01/05/2018

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
08.07.18 1:46

Surprenante intrusion
Tony x Emma
Complètement prise au dépourvu, la rougeur provoquée par la gêne et la honte vient teinter ses joues, humides par les larmes. Elle ouvre sa bouche mais la referme bien vite, perdant ses moyens. Emma ne bouge pas de sa place, pourtant loin de se sentir en sécurité, bien qu’à distance raisonnable de Stark. Mais n’est-ce pas elle qui a justement passé outre la sécurité du bâtiment ? Qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ? Il va appeler la police ? Et si le gouvernement arrive à découvrir qu’elle a des dons particuliers ? Qu’est-ce qu’ils feront ? Seigneur …. Jamais elle n’aurait dû les utiliser … Emma n’arrive pas à croire qu’elle ait pu faire deux fois la même erreur … Si jusqu’à maintenant, elle refusait d’exploiter son don de courber l’espace temps, c’est parce que cette mutation ne lui a valu que des ennuis. Se retrouver bloquée dans une époque si loin de la sienne, perdant tous ses repères. Se retrouvant entre les mains du soldat de l’hiver. Puis subissant les tortures de l’Hydra, la traumatisant certainement pour le reste de son existence.

Mais dans toute sa vie, c’est bien la première fois qu’elle commet un délit. (Si on oublie la moralité peu flatteuse qu’est de jouer avec le temps). Ou la nourriture qu’elle volait, étant enfant, quand elle s’enfuyait de l’orphelinat. C’est comme ça qu’elle avait rencontré Bucky. Elle avait quoi à l’époque ? 7 / 8 ans ? C’était il y a si longtemps …. Dans une toute autre époque. Bien qu’orpheline, à ce moment là, la vie était plus simple.

Allez Emma, si tu ne te justifies pas, tu vas finir en taule ! Un peu de courage ! Bien incapable de soutenir son regard plus longtemps, la rouquine préfère alors se concentrer sur ses chaussures. Ses pieds se cognent l’un contre l’autre, signe d’un stress évident, tout comme ses mains maltraitent le portable toujours présent entre ses paumes. Ses épaules sont crispées et le haut de ses bras collées à son corps. Elle inspire profondément, mais c’est tout de même d’une voix tremblante qu’elle prend la parole. Tremblante et incapable d’aligner une phrase correcte.

“J-je … N-non … Je ne suis pas ... Je voulais juste …” Mais encore, Emma ? Elle se mord les lèvres et une nouvelle fois, reporte son regard craintif vers l’ingénieur et justicier. “Je suis désolée, Monsieur Stark, tellement désolée … Je vous en supplie, n’appelez pas la police … Je ne veux pas d’ennuis …”

Et pourtant, les ennuis, elle vient de se les créer toute seule ? Emma c’est montrée bien égoïste et elle en prend conscience. Car si elle attire l’attention des autorités et que pour une raison quelconque, ils décident de faire un tour chez elle, c’est prendre le risque d’exposer Bruce. Ce n’est pas un argument qu’elle peut donner au milliardaire, sachant que son colocataire n’est pas encore prêt à annoncer son retour. La situation commence à réellement lui échapper et Emma ne sait plus quoi faire. A part … A part dire la vérité. Mettre des mots sur la raison de se présence ici est plus douloureux et compliqué qu’elle ne le pensait. Sa gorge sèche, le blocage recommence, aucun son ne sort.

Inutile, puisque de toute manière, le milliardaire c’est rapproché du bureau. Le voyant s’approcher, Emma aurait aimé reculer le plus loin possible, mais une fois encore, ses pieds refusent de bouger et suivre son instinct. Elle se replie un peu contre elle même, semblant vouloir fusionner avec le mur, ce qui n’est certainement pas dans ses capacités. Quand elle le voit avancer la main, le réflexe d’Emma lui obéit et immédiatement, elle lève les mains sur son visage pour se protéger. Des anciens réflexes développés dans les laboratoires de l’Hydra, qui ne l’ont toujours pas quitté. C’est de la paranoïa, comme elle le constate en voyant que le milliardaire ne l’avait pas frappé mais simplement tourné l’écran du PC en sa direction. La confusion est sans doute pardonnable quand on sait que son propre père a levé la main sur elle, dans une des plus pires des intentions.

James Buchanan Barnes. Pourquoi lui en particulier ? Il ne lui apportera rien de bon. Il est déjà trop tard pour ça. Oh si …. Bucky lui avait apporté tant de choses. Une famille. De l’amour. De l’espoir. Une envie de vivre, tout simplement. Un sentiment d’être quelqu’un et pas simplement un déchet qui a été abandonné à sa naissance, comme leur faisait comprendre les bonnes soeurs et leur stricte éducation à l’orphelinat. Les conditions de vie à cette époque étaient plutôt laborieuses. Bucky a été sa bouffée d’oxygène, sa deuxième chance. Mais il était également en partie celui qui avait brisé tout ça, engendrant la peur et la souffrance dans son coeur et son esprit. Un traumatisme qui a pour conséquences que la paranoïa, les crises d’angoisses et terreurs nocturnes, qui, ces derniers étaient bien répétitives, peu espacées.

Oui, c’était trop tard pour ça, Bucky lui a déjà fait du mal. Parmi les personnes qu’elle voit en fermant les yeux, le soldat de l’hiver en fait parti.

“Je … Je cherchais un indice … Pour trouver … Pour le trouver lui … Ainsi que Stevie Punk.” murmure-t-elle en empruntant le surnom habituel de Steve qu’elle employait étant enfant, après avoir entendu Bucky le dire un nombre incalculable de fois. Un surnom bien personnel qui ne qualifiait pas Captain America. Montrant ainsi qu’il avait forcément un lien particulier entre la rouquine et les deux soldats. Et lien qui vraisemblablement remontait à une époque où Steve n’avait pas encore prit de sérum.

Mentir à Stark n’est pas envisageable. Il le verrait tout de suite et les conséquences pourraient être désastreuses. Et puis … Bruce a confiance en lui non ? Même si elle encourt un risque, c’est la meilleure chose qu’elle puisse faire pour le moment. Et la plus honnête.

“Mon nom est Emma … Emma Fawley … Barnes. Je viens … La dernière année que j’ai faite dans mon temps, c’était en 1946. Ca fait 4 ans que je suis bloquée ici …. Je … Quand je suis arrivée … Le soldat de l’hiver m’est tombé dessus ….. Il a ….” Un frisson parcourt son corps, incapable de décrire ce qu’il c’est passé avec Bucky. Mais Stark devait en avoir une idée assez précise, si en on juge les dossiers ici présents.

“Vous savez ce qu’il fait à ses cibles.” murmure-t-elle. C’est un miracle si elle est encore en vie. Un miracle ou la volonté de l’Hydra. Une autre larme coule sur sa joue. “Si je suis en vie c’est parce que … Il m’a livré à l’Hydra. Mais quelques mois après, les x-men … Ils m’ont sorti de là.”

Tout est confus et elle ne sait même pas si Stark comprend la moitié des choses qu’elle lui dit. Mais il est le leader des avengers. Il a connu l’Hydra. Alors oui, il doit certainement savoir et comprendre ce qu’elle veut dire. Tant mieux, parce qu’elle n’a certainement pas la force d’expliquer. Quant à la partie avec les X-Men … Elle même a du mal à se souvenir ce qu’il c’est passé ce jour là au laboratoire. Elle était à moitié sans connaissance, après tout. Ses yeux se reposent sur l’écran où les dossiers sont encore visibles. Elle l’a vu marqué … Elle a sa réponse. Au fond, elle l’avait comprit. Mais elle avait eu l’espoir que ce soit un malentendu. Le déni …

“Je voulais juste … comprendre. Comprendre ce que j’ai fais de mal … Pourquoi il m’a fait ça ? Il … Bucky m’avait adopté ….J’ai essayé … J’ai essayé de le sauver encore et encore. Il n’est pas mort …. Mais il travaille pour l’Hydra. C’est de ma faute. La vérité, Monsieur Stark, c’est que je ne sais pas trop pourquoi je suis ici. Peut-être que je voulais une preuve qu’il n’avait pas fait tout ça. Que ce n’est pas lui, le soldat de l’hiver. C’est vrai, je n’aurais pas du venir ici mais … Mais je n’ai pas trouvé d’autres moyens. Et je n’ai … aucune idée … De ce que je dois faire. Je vous en prie, ne prévenez pas le gouvernement … Je vous ai dis la vérité, alors je vous en supplie.”

Dissimulant ses sanglots comme elle le peut, Emma pose le portable sur le bureau, et les mains encore tremblantes, elle retire le collier autour de son cou, avec les plaques militaires de Bucky. Enfin, elle s’approche de Stark pour le déposer entre ses mains.

“C’est la seule preuve que je peux vous apporter. Je ne suis pas une menteuse, croyez moi.”

Emma ignore si c’est l’émotion, la peur d’un avenir incertain, des crises d’angoisses à répétition, ou bien le manque de sommeil … Mais la rouquine vascille légèrement, se retenant au bureau pour ne pas tomber, ayant du mal à tenir sur ses jambes.





greenie strawberry
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Stark
Nombre de messages : 199
Avatar : Robert Downey Jr.
DC/TC : Caitlin Snow / Yelena Belova
Le cœur et ses caprices : En couple avec une rousse au caractère exéc... exemplaire
Date d'inscription : 03/05/2018

Identité secrète
Matériel en votre possession:
Vos Liens:
Votre Camp: Héros

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
13.07.18 1:24







Comprendre. Voilà ce dont il était question : comprendre comment et surtout pourquoi cette jeune fille s'était introduite dans une Tour pourtant conçue pour être pratiquement inviolable, dans un bureau où nul autre que le propriétaire de la Tour en question n'était autorisé à pénétrer, et pourquoi celle-ci avait cherché un dossier en particulier qu'il n'était pas judicieux qu'elle lise à son âge. Le tout en pleine nuit. Dans pareille situation, il aurait été tout à fait logique, attendu, sensé, que l'ingénieur ai la réaction de n'importe qui : qu'il soit envahi par la fureur, qu'il règle ce problème en laissant la police se charger de l'intruse tout en lui intentant à la suite un procès pour intrusion illégale dans une propriété privée mais Tony Stark n'était ni n'importe qui, ni du genre à intenter des procès à tout va. Aussi se contenta-t-il de demeurer là où il s'était arrêté, sans plus s'approcher de la jeune fille, peu désireux d'en rajouter au stress déjà fort évident de cette dernière. “Je … Je cherchais un indice … Pour trouver … Pour le trouver lui … Ainsi que Stevie Punk.” Stevie Punk. Punk. Voilà bien un surnom que l'ingénieur n'aurait jamais imaginé voir appliqué à l'ex-bannière étoilée. En était-il étonné pour autant ? Que nenni !


Bien au contraire, l'héritier Stark avait appris à ne plus s'étonner de rien lorsqu'il était question de Steven Grant Rogers. Que celui-ci ai la stature d'une crevette - l'ingénieur n'avait pas eu d'autre réaction que l'amusement lorsque ses yeux s'étaient pour la première fois posés sur cette fameuse photo montrant le Capitaine avant sa transformation en super soldat par le biais du super sérum - ou d'une armoire à glace sans gonflette inutile (et très bien proportionnée, Stark était peut-être accro à la personne d'une sublime rousse mais cela ne le rendait pourtant pas aveugle à la beauté d'un corps, même masculin. Complexé, mais certainement pas aveugle.), le-dit Capitaine avait toujours fait preuve d'une internissable détermination lorsqu'il était question de défendre tout ce en quoi il croyait.


Et si cette détermination était également l'une des causes de leur séparation, l'ingénieur ne voulait pas s'y attarder pour le moment. Pour le moment, la seule chose qui l'intéressait était d'avoir quelques précisions sur les relations qu'entretenaient son ancien ami et coéquipier, Barnes et cette jeune fille. “Mon nom est Emma … Emma Fawley … Barnes. Je viens … La dernière année que j’ai faite dans mon temps, c’était en 1946. Ca fait 4 ans que je suis bloquée ici ….” Oh boy. Emma Fawley Barnes. Barnes. Ils étaient donc parents ? Cousin et cousine ? Frère et sœur, malgré une ressemblance physique très peu évidente au premier coup d’œil ? Il s'agissait là de la supposition la plus évidente mais l'ingénieur n'était sûr de rien. Toujours est-il que malgré toute la haine et la rancœur qu'il éprouvait envers le porteur de ce nom, entendre celui-ci ne provoqua pas la réaction escomptée chez l'ingénieur. Pour tout dire, celui-ci n'en provoqua aucune. Sans doutes était-ce pour le mieux, l'homme ne pouvant manquer les larmes roulant sur les joues de la jeune fille de là où il se trouvait.


Beaucoup d'adjectifs peu reluisants pouvaient être employés pour qualifier la personnalité de Tony Stark et bien que lui-même ai pris l'habitude de dissimuler sa propre sensibilité sous une épaisse armure d'ironie et de sarcasme, "insensible" était l'un des moins appropriés. “ Je … Quand je suis arrivée … Le soldat de l’hiver m’est tombé dessus ….. Il a …. Vous savez ce qu’il fait à ses cibles." Cela, Tony ne le savait que trop bien : le Soldat de l'Hiver ne s'était jamais soucié de ses victimes, ne s'était jamais soucié des conséquences qu'auraient ses actes. Le Soldat de l'Hiver ne s'était jamais soucié qu'en assassinant deux de ses cibles sur une petite route de forêt, il contribuait ainsi à détruire tout une famille, même imparfaite, et à laisser un pauvre adolescent s'efforcer de protéger seul son héritage familial contre toute une bande de requins l'imaginant comme trop abattu et démuni pour ce faire. "Si je suis en vie c’est parce que … Il m’a livré à l’Hydra.” Et Hydra n'ayant absolument rien d'un camp de vacances, cette jeune fille - Emma, son prénom était Emma - pouvait se considérer comme particulièrement chanceuse d'avoir été sauvée par les X-Men, les individus ayant réussi à échapper à l'organisation poulpesque sur leurs deux pieds pouvant se compter sur les doigts d'une seule main.


Comprendre. Pour la jeune Emma, il était également question de cela : comprendre pourquoi son existence était devenu un cauchemar éveillé, pourquoi l'une des personnes en qui elle aurait normalement dû avoir le plus confiance, son propre père adoptif - bien que l'ingénieur n'aurait jamais pu imaginer se retrouver à associer un jour les mots "Barnes" et "parent" dans la même phrase - n'avait pas un seul instant hésité à l'abandonner aux mains d'Hydra et à la créativité de ses scientifiques lorsqu'il était question de torture. "Comprendre ce que j’ai fais de mal …" Tout visionnaire qu'il était, l'un des plus géniaux de ce siècle, l'ingénieur n'était pas devin et n'avait nul besoin de l'être pour répondre à ce qui, pour lui, relevait de la question rhétorique : la jeune fille n'était aucunement responsable de quoi que ce soit. Avait-elle demandé à être adoptée par James Buchanan Barnes ? A atterrir il-ne-savait-comment dans les années 2000 ? A tomber entre les mains d'Hydra ? Pour l'héritier Stark, ces trois questions n'avaient qu'une seule et même réponse : Non.


- Je ne comptais pas prévenir qui que ce soit. Je ne suis pas très fan des autorités avec un grand A et généralement, elles me le rendent bien. Appelez-ça une incompatibilité d'humeur si ça vous chante. Je ne vais vous demandez qu'une seule chose, une seule : que vous preniez le temps de vous calmer, jusqu'à demain où nous pourrons avoir une discussion calme et sensée, ce qu'aucun de nous n'est actuellement. Dans cette Tour, il y a tout un étage dans lequel vous pouvez vous installer pour la nuit. Il s'agit... Il s'agissait de l'étage personnel de Steve, je doute que le Capitaine prenne ombrage de vous savoir dans sa chambre.


Sans oser lever les yeux des plaques militaires reposant dans la paume de sa main, l'ingénieur avait lâché sa proposition d'une seule traite, persuadé qu'il s'agissait là de la meilleure chose à faire pour l'instant : tous deux avaient besoin de reprendre leurs esprits et ce n'était pas dans ce bureau qu'ils allaient y parvenir.


- Je ne peux pas dire que je vous crois totalement, mais je suis prêt à vous écouter, déclara l'homme en rendant les plaques militaires à la jeune femme. Friday, dis bonsoir à la demoiselle.


- Bonsoir Mademoiselle Barnes. Mon nom est Friday, intelligence artificielle et secrétaire de Mr Stark également chargée de l'intendance générale de cette Tour, se présenta cette dernière, simple voix désincarnée venant des enceintes incrustées dans le plafond dans laquelle l'ingénieur pouvait presque déceler l'ombre d'un sourire. Si vous me le permettez, je vous prie de sortir de ce bureau et de rejoindre l'ascenseur au bout du couloir, celui-ci vous mènera directement aux appartements du Capitaine Rogers. Ou si vous le désirez, jusqu'à la sortie où nul ne vous empêchera de partir.

Laisser son Intelligence Artificielle s'occuper de la jeune femme ne signifiait en rien que l'héritier Stark éprouvait un quelconque désintérêt total pour cette dernière. Ce dernier respectait simplement ses propres paroles : il ne voulait point l'effrayer plus qu'elle ne l'était déjà - Tony n'étant déjà guère talentueux pour calmer ses propres crises d'angoisses, avait très peu d'espoir d'arriver à calmer celle de la jeune fille si celle-ci se laissait envahir par la panique - ou lui donner l'impression qu'elle était désormais prisonnière de cette Tour, son avenir reposant entièrement entre ses mains. Sur un seul appel aux autorités.

Un appel que l'adulte n'avait aucune intention de passer, comme il lui avait promis.

(c) SIAL ; icons sial



________________
“‘Mr. Stark displays textbook narcissism’…
Agreed.



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas
Emma Fawley-Barnes
Nombre de messages : 35
Avatar : Daria Milki
DC/TC : Steven Rogers
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 01/05/2018

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
03.08.18 23:09

Surprenante intrusion
Tony x Emma
Lâcher ainsi une partie de son histoire n'a pas été chose facile. Au contraire, c'est remettre les doigts dans des événements qu'elle aurait préféré oublié mais qui malgré tout, hantent ses journées et ses nuits. Et puis … Elle s'en veut aussi de mettre le sujet sur le tapis vers Tony Stark. Elle ne connaît pas le riche homme mais la division des Avengers a fait le tour du monde. Et puisque Steve c'est enfuit avec Bucky …. Et le dossier qu'elle a vu sur l'ordinateur … Elle se doute que Captain America est un sujet délicat.

Pour autant, le soulagement se lit sur le visage de la rouquine quand il confirme qu'il n'a pas l'intention d'appeler les autorités. Elle ne peut qu'éprouver de la gratitude pour cet homme. Honnêtement, elle était persuadée qu'à cause des accords, il aurait prévenu les personnes compétentes.

Elle est un peu surprise par sa proposition, de dormir ici cette nuit et de discuter de tout ça le lendemain. En fait, rien ne pourrait l'obliger à faire ça, il aurait très bien pu le mettre dehors, et laisser cette histoire derrière lui. Et peut-être que Stark aurait du, ça lui éviterait de se prendre la tête sur bien des choses, remuant une trahison encore bien trop fraîche.

« Monsieur Stark, je …. Je ne sais pas comment vous remercier … Je suis désolée pour tout ça … De vous mettre au cœur de mes problèmes. »

C'est vrai. Si Emma n'était jamais venu ici, il pourrait passer sa nuit comme il l'avait entendu. Il serait loin de tout ça. Mais non, en venant dans la tour, Emma a apporté ses ennuis avec elle, son drame et ses interrogations. Pourtant, malgré sa culpabilité, elle est plutôt soulagée et un peu apaisée, bien que toujours aussi triste. Parce que … D'une certaine manière, elle peut se reposer sur quelqu'un. Quelqu'un pour discuter sérieusement de ce qui se passe dans sa vie, peut-être lui apporter des réponses, mais surtout … Elle ne se sent plus seule.

Bien entendu, elle a Bruce, et elle l'aura toujours, c'est bien irrévocable. Mais c'est différent. Bruce lui apporte son soutien et lui donne des conseils sur que faire, sur comment évoluer et les choix qui s'offrent à elle. Mais il reste tout de même extérieur à tout ce qui concerne Bucky, Steve ….

Dormir dans les appartements de Steve … Cela lui ramène bien des années en arrière, loin des horreurs de la guerre, dans un temps où seulement eux trois comptaient. Des nuits qu'ils avaient passés à taquiner Stevie Punk, bien qu'elle était entre bien trop jeune pour comprendre le sens de certaines phrases.  La nostalgie la fait frisonner et une nouvelle fois, Emma frotte ses yeux pour ne pas se laisser submerger par les émotions.

« Oui … D'accord. Je vais faire ça. Merci Monsieur Stark. » répète-t-elle une seconde fois.

Et alors, une voix se fait entendre, le faisant sursauter. Emma regarde à droite et à gauche, puis au dessus d'elle et aux alentours. Une intelligence artificielle. Friday. Crée par Stark ? Mais comment a-t-il fait ? Complètement étonnée et intimidée, Emma marmonne quelque chose d'incompréhensif.

Et donc, quitter le bureau. Elle jette un regard hésitant à Stark, est-ce qu'elle ne risque réellement rien dans les couloirs de la tour, toute seule ? Elle s'apprête à partir mais au dernier moment se ravise, s'arrêtant au cadre de la porte. Elle se retourne vers le maître des lieux. Si les choses avaient été autrement, Steve serait toujours près de lui. Elle l'observe silencieusement, commençant à comprendre pourquoi son vieil ami avait accordé sa confiance à Stark. Derrière cette allure d'homme suffisant, se cache quelqu'un de beaucoup plus humain qu'il ne voudrait le montrer. Quelque chose qui fait qu'Emma se sent en sécurité et en confiance. Il suffit de voir la gravité sur son visage, dont les derniers événements l'ont beaucoup trop marqué : la perte de Steve Rogers.

C'est cette bouffée d'empathie soudaine qui remonte dans son cœur, qui lui fait faire quelque chose de complètement inapproprié. Elle s'approche de lui et avec toute la compassion et l'affection dont elle est capable, elle dépose un baiser sur la joue de Stark. Cela ne dure qu'une fraction de seconde, et un instant plus tard, Emma n'est déjà plus dans le bureau.

Rasant les murs, elle se dirige d'un pas incertain jusqu'à l’ascenseur. Suivant les indications de Friday, elle fini par entrer dans la chambre de Steve. Tout est si bien rangé, et presque impersonnel. Pourtant, elle reconnaît l'ambiance de Steve Rogers, le petit gars de Brooklyn. Emma reste bien 10 minutes contre le seuil de la porte, puis, inspirant un bon coup, elle fini par enlever ses chaussures et s'asseoir sur le lit du Captain. Un frisson la prend mais avant de se laisser plonger dans des souvenirs lointain, elle sait qu'il faut qu'elle appelle Bruce. Elle replace les plaques militaires autour de son cou, puis allume son portable. Des appels en absence. Plusieurs messages sur son répondeur. Des sms. Évidemment, Bruce a du se faire un sang d'encre. Elle l'appelle immédiatement et perd un peu ses moyens en lui expliquant ce qu'il c'est passé et où elle est. Le pauvre Bruce manque de faire une crise cardiaque. Le sujet Tony Stark est compliqué pour lui aussi … Et pourtant Emma repense au visage marqué du leader des Avengers.

« Bruce …. Monsieur Stark. Monsieur Stark est détruit par l'absence de Steve. Il a besoin de toi. S'il te plaît, viens demain matin. Je sais … Je sais que c'est beaucoup te demander. Mais fais le, viens me chercher demain, autant pour moi, que pour lui. Tu sais, pour l'avoir vu … C'est un homme brisé. »

Le nuit porte conseille. Pour plusieurs personnes cette fois-ci. Emma, un peu curieuse, ouvre le placard non loin d'elle. Avec un léger sourire, elle retire cette habituelle veste marron. Des larmes coulent sur ses joues alors qu'elle la serre contre elle. C'est à Steve. C'est réellement à Steve. Oh, Emma, tu es si stupide. Si elle c'était manifestée plus tôt vers Captain, les choses auraient été différentes. Mais elle avait eu si peur, non, Emma n'avait pas trouvé le courage. Et au final, elle n'avait cessé d'observer ces fantômes du passé dans le musée.

Elle se couche enfin, et plonge dans les bras de Morphée, avec la veste de Steve dans les bras. Cette nuit là, elle dort longtemps, le matin levé depuis un bon moment, ignorant que Bruce était déjà sur place ….



greenie strawberry
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Banner
Nombre de messages : 30
Avatar : Mark Ruffalo
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 03/05/2018

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
04.08.18 1:01

Surprenante
intrusion
Il était tard. Bien trop tard. Nerveusement, mes yeux tombèrent sur la pendule de la cuisine. Ses tic tac réguliers n’arrangeaient guère les choses. D’ordinaire, Emma terminait son travail au restaurant aux alentours de vingt-trois heures. Le temps de rentrer, admettons vingt-trois heures trente, voire minuit s’il y avait du monde, ou si elle prenait le temps de flâner dans les rues plus longtemps que nécessaire – ce qui n’était pas prudent compte tenu de la fréquentation de ces quartiers.

Mais il était minuit quarante-cinq. Je lui avais déjà envoyé un sms pour savoir où elle en était et avais également laissé un message vocal sur son répondeur, tachant de rester calme, badin, lui expliquant qu’il y avait des raviolis dans le réfrigérateur. Juste au cas où. De toute façon, il fallait bien que je reste calme. Je m’assis sur le rebord du canapé. Je ne pensais pas que cette jeune femme deviendrait une personne importante dans ma vie. Quelqu’un qui compterait, quelqu’un qu’il me faudrait protéger. Moi, protéger quelqu’un… Alors que je ne savais pas faire grand-chose et que l’Autre ne réparait rien : il ne savait que détruire, briser, tuer. Malgré tout, je me sentais responsable d’elle. Je connaissais son histoire, ses peurs, ses doutes ; je l’avais accompagné lors de nuits de cauchemars, avais séché des larmes perdues, avais tenté de réconforter – avec toute ma maladresse… De son côté, elle m’offrait un sourire, une bienveillance, un confort agréable. Elle pensait à me nourrir, me réveiller pour que j’aille dormir dans un lit quelques heures. Elle m’avait écouté aussi, quelques fois, même si je restais discret.
Emma était devenue une amie. Et je me sentais responsable. S’il lui arrivait quelque chose, que faire pour elle ? A mon échelle, j’étais impuissant. Et l’impuissance me rongeait actuellement les sangs.

Tic tac. Je levai la tête vers l’horloge. Le temps passait avec lenteur, mais les minutes défilaient belle et bien. J’envoyai un nouveau texto à Emma, un peu plus insistant cette fois-ci. Accusé de réception. Au moins, son portable était encore actif. Je l’appelai dans la foulée. Pas de réponse. Nouveau message vocal. Je savais contrôler le timbre de ma voix, autant que les battements de mon cœur. Je lui adressai donc quelques paroles inquiètes, mais pas affolées. Bon sang ! J’aurais aimé pouvoir exploser, faire les cent pas, laisser ma nervosité s’échapper pour me défaire de cette tension qui crispait mes épaules.

Un. Deux. Trois. comptai-je lentement. Un. Deux. Trois. Petit à petit, mes muscles se détendirent et mon cœur reprit un rythme normal. L’agacement s’évapora, mais l’inquiétude restait sous-jacente. Immanquablement, je reportai mon attention sur l’horloge et les aiguilles. Il pouvait lui être arrivé n’importe quoi. Agression. Kidnapping. Assassinat. Y aurait-il un article, demain, sur la mort d’une jeune femme ? Un corps retrouvé dans une ruelle ou au fond d’un caniveau…
Je secouai la tête. Tu devrais vraiment arrêter de regarder des séries policières, Banner. J’essayai encore d’appeler Emma, et lui laissai un autre message avant de m’allonger sur le canapé du salon, les yeux rivés sur le plafond. Je me concentrai sur les quelques tâches de graisses ayant fait leur apparition sur la peinture blanche et m’efforçai de fermer mon esprit à toute pensée négative. Ne plus réfléchir. Allez, Banner. Il suffit de tout bloquer. Tu sais le faire. Tu l’as appris. Mais comment cesser de penser dans un moment pareil ? Je triturai la manche de mon pull, nerveux, mais tentai malgré tout de me vider la tête. Il suffisait de se focaliser sur quelque chose de banal. Cela marchait…

La musique de me téléphone me fit violemment sursauter. Avant de décrocher, je calmai mes palpitations. J’aperçus l’image d’Emma sur l’écran et m’empressai de répondre :

« Emma ?? »

C’était bien elle ! Hallelujah ! Un rire nerveux s’échappa de mes lèvres et je me laissai retomber contre le coussin du canapé. J’enlevai mes lunettes et passai une main sur mon visage fatigué. Il n’y aurait pas de corps retrouvé dans le caniveau, demain ! … En tout cas, ce ne serait pas le sien si jamais cela se produisait.
La jeune fille me fournit quelques explications maladroites, confuse dans sa narration.

« Quoi ?? Tu es chez … Stark ? Tony … Stark ? »

Bon sang… Elle voulait des réponses, bien sûr. Mais en pleine nuit… S’infiltrer chez Tony... Tony. Je fermai les yeux suite à la demande d’Emma. Que je vienne ? Voir Tony ? Je ne pus m’empêcher de rire, encore plus nerveux. La dernière fois, j’étais parti comme un voleur. Je ne savais pas exactement comment me sentir vis-à-vis de mon ancien collègue. Mon ami… Mon partenaire de science. Nous avions certes passé des instants inoubliables, partagés des discussions, des idées, une forte complicité… Mais, quelque part, je lui en voulais un peu. Je lui en voulais de m’avoir entraîné dans ses projets. Je lui en voulais d’être lui, de ne jamais pouvoir lui dire non. Je lui en voulais de m’avoir poussé à lui faire confiance pour Ultron mais aussi à propos de moi. Je lui en voulais d’avoir cru que Hulk pouvait être autre chose qu’un monstre, de m’y avoir fait croire aussi. De m’avoir permis d’espérer quelque chose.

Je ne comprenais pas toutes ses décisions, mais je savais qu’il avait peur et se cachait derrière ses craintes pour justifier des actions qui, comme d’habitude, n’étaient pas forcément les bonnes pour tout le monde. Je savais qu’il s’en voulait, aussi. Mais qu’il dressait un mur de fierté autour de lui. Comme toujours. Je ne savais pas si je voulais le revoir. Je ne savais pas si j’avais envie de me confronter à lui. Et à ses idées. Fatalement… Ses idées. Car, s’il me posait la question, à moi, il était hors de question que je signe quoique ce soit.
Pourtant…

« Je viendrai, Emma. Je suis content de te savoir en sécurité… Repose-toi. »

Je lui souhaitai une bonne nuit avant de raccrocher et de frotter mes yeux. Bon sang. Dans quoi me lançai-je encore ? Moi qui voulais rester discret, être oublié. J’aurais mieux fait de ne jamais revenir ici.
Malheureusement, j’allais encore devoir jouer au diplomate. J’avais horreur de ça. Je n’étais pas un psy. Mais j’aimais beaucoup Tony malgré tout. Malgré lui. Malgré moi. Il m’avait tendu la main quand je pensais ne jamais pouvoir faire confiance à personne. Il m’avait accepté moi, tout autant que l’Autre. M’avait permis de vivre plus sainement. Et nos deux esprits scientifiques s’entendaient à merveille. Je ne savais pas de quoi demain serait fait. Je l’appréhendai, mais l’attendais aussi, au fond…


* * *


Je fixai la porte d’entrée. Une porte que j’avais longtemps franchit, en tout liberté. Aujourd’hui, je restai planté devant, tel un piquet. Il était tôt. Bien trop tôt, sans doute. Les mains plongées dans les poches d’un pantalon beige, je fixai le mur, telle une statue. Un long soupir franchit mes lèvres avant que je ne me décide à pénétrer dans les lieux. Bien sûr, je n’eus pas besoin de m’annoncer moi-même, la technologie Stark le fit à ma place. Apparemment, j’étais encore dans les fichiers. Bruce Banner au rez-de-chaussée. Je ris intérieurement. C’était comme revenir à la maison en tant qu’étranger.
Je retins ma respiration, l’oreille aux aguets. Je n’étais guère avancé, moi, maintenant…
J’ai vu tes peurs se cacher près de notre passé. Et laisse-moi seul, laisse-moi loin de tes côtés.
Pando
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Stark
Nombre de messages : 199
Avatar : Robert Downey Jr.
DC/TC : Caitlin Snow / Yelena Belova
Le cœur et ses caprices : En couple avec une rousse au caractère exéc... exemplaire
Date d'inscription : 03/05/2018

Identité secrète
Matériel en votre possession:
Vos Liens:
Votre Camp: Héros

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
02.09.18 23:30







So no matter what, I promise you, if you need us - if you need me - I'll be there. L'ingénieur n'avait bien évidemment aucune raison de remettre en doute la promesse de son ex-coéquipier mais il ne pouvait s'enlever de l'esprit que cette dernière ne tenait qu'en cas d'urgence absolue, une sorte d'"appel de la dernière chance" en somme. Et puis, s'il se laissait aller à appeler Steve, qu'allait-il bien pouvoir lui dire ? Que la fille adoptive de son meilleur ami avait réussir à s'introduire dans une Tour pensée pour être inviolable, dans un bureau dans lequel seul le propriétaire de la Tour en question était sensé pénétrer ? Qu'après avoir pris connaissance du dossier ultra secret sur son père adoptif, la jeune fille était actuellement en train de s'installer pour la nuit dans sa chambre - qu'il soit en fuite n'y changeait rien, cela restait sa chambre ! - aucun d'eux n'étant en état (physique ou émotionnel) d'avoir une conversation apaisée sur Barnes et Hydra. Ce genre de choses ne pouvaient se discuter au téléphone et l'ingénieur doutait d'avoir ne serait-ce que le temps d'organiser un face-à-face avec son ancien leader.


Il allait donc régler cette histoire tout seul, comme l'homme mature qu'il était sensé être. Le tout dans le calme et dans la sérénité, sans s'énerver. En apparence, cela n'avait rien de bien compliqué mais avec un sujet aussi hautement sensible que l'était "Barnes & Noble" pour lui, l'ingénieur n'espérait qu'une seule chose: parvenir à garder un minimum de calme devant la gamine adoptive de l'assassin de ses parents, sans laisser sa rancœur contre ce dernier prendre le pas sur sa raison. Une perspective qui se suffisait à elle-même pour l'angoisser et bien qu'il s'y soit - tristement - habitué, Tony n'avait aucune envie de subir une énième crise d'angoisse. Que ce soit ce soir ou un autre jour mais ses espérances ayant la fâcheuse tendance de se trouver réduites à néant, il préféra donc agir comme à son habitude.


Reléguer ses problèmes jusqu'au lendemain en s'enivrant jusqu'à en tomber. Ce qui revenait à trahir la promesse faite à Pepper de (grandement) limiter sa consommation d'alcool par cette petite digression mais une fois son verre en main et le postérieur installé dans sa chaise, Tony s'avéra incapable d'y toucher, bien trop rapidement absorbé par la lecture du dossier consacré au Soldat de l'Hiver pour seulement songer à s'en soucier. Et en dépit des nombreuses heures - bien trop, de son propre avis - passées à lire et à le relire le-dit dossier, enfermé dans son laboratoire et Friday en mute pour que nul ne vienne le déranger, ce fût avec la même sensation de malaise que l'ingénieur referma son ordinateur une fois sa lecture achevée. Car ce dossier contenait tout: de la méthode d'implantation du bras aux techniques employées pour laver le cerveau de Barnes, pour transformer celui-ci d'un héros de guerre à une machine à tuer sans pitié... Tout y était cliniquement expliqué et décrit, rien, absolument rien n'était omis.


Devant pareilles descriptions, qu'ils ne pouvaient que trop bien imaginer, l'ingénieur aurait dû comprendre, voir accepter que Barnes n'était peut-être pas entièrement responsable de tout ce dont il avait bien pu être accusé par à peu près l'ensemble des gouvernements mondiaux, mais le seul fait d'imaginer sa mère agoniser par manque d'oxygène suffisait à l'empêcher d'éprouver le moindre remord pour ce qui était arrivé à l'ex-Sergent.


A voir si la discussion prévue pour le lendemain avec la fille de ce dernier allait réussir à changer son état d'esprit...




Tony Stark n'était absolument pas - et ne serait sans doutes jamais - du matin. L'achèvement ou le perfectionnement d'une de ses nombreuses inventions était ce qui le gardait généralement éveillé jusqu'au petit matin, moment où il acceptait de lui-même d'aller prendre de repos jusqu'à ce qu'on vienne lui rappeler qu'il ne pouvait décemment pas passer sa journée au lit. Toujours est-il que cette fois-ci, l'ingénieur n'avait pu trouver le moindre repos, tourmenté par d'immondes cauchemars (impliquant sa propre mère en train d'étouffer, une main en métal enserrée autour du cou) l'ayant jeté de son propre lit peu de temps après qu'il s'y soit allongé. Et toujours, ce fichu dossier... Celui-ci reposait sur la table basse du penthouse, narguant presque l'homme installé dans le divan, un verre d'alcool fort entre les mains. Ah oui, il avait trahi sa promesse. Rien de bien surprenant pour qui le connaissait mais devant la journée qui s'annonçait, il en avait bien besoin.


- Friday, des nouvelles de notre invitée ?


- Je la crois toujours endormie dans la chambre du Capitaine Monsieur. Dois-je la réveiller ? répondit son immatérielle assistante sans pouvoir confirmer ses propres dires, les appartements personnels étant les seuls endroits de la Tour n'étant pas surveillés par caméra pour préserver l'intimité de leur occupant. L'ingénieur secoua brièvement la tête sans répondre : si l'une des occupants de cette Tour était parvenue à suffisamment se calmer pour trouver le sommeil, ce n'était pas à lui de l'en priver.


- Monsieur ?


Le ton soucieux dans la voix de l'IA était compréhensible, Tony commençant à rire sans pouvoir s'en empêcher. Héberger la fille adoptive de l'homme ayant assassiné ses parents pour la nuit, ne pas l'utiliser comme une sorte d'appât pour attirer Barnes là où il pourrait - plus ou moins - aisément lui botter le train (par bonheur, il était incapable d'arriver à de telles extrémités), être même prêt à discuter calmement des choses... C'était presque irrationnel, même pour lui.


- Je crois que je deviens beaucoup trop raisonnable..., se plaignit presque l'ingénieur, sans retenir un léger sourire tout sauf amusé devant la remarque de son IA. C'est une chose que le monde saura parfaitement accepter Monsieur. Ça, c'était tout à fait le genre de remarques qu'aurait pu avoir JARVIS. En dépit du semblant d'affection qu'il pouvait avoir pour Vision, en dépit des quelques similitudes que ce dernier partageait avec JARVIS... Il n'était pas son fils, le seul qu'il aurait pu avoir.


- Monsieur, la sécurité vient de m'avertir que le Dr Banner se trouve dans le hall d'entrée.


Friday encore, Friday toujours... Eh, une minute ! Banner ?! Bruce était là ?! Malgré sa disparition après l'affaire Ultron, ce dernier n'en demeurait pas moins - tout comme Point Break d'ailleurs - le bienvenu à la Tour et l'héritier Stark ne trouvait aucune raison valable de se plaindre de son retour mais pourquoi était-il là ? Cela avait-il un quelconque rapport avec la fille Barnes ?


Le timing était bien trop parfait pour que cela soit une simple coïncidence.

(c) SIAL ; icons sial



________________
“‘Mr. Stark displays textbook narcissism’…
Agreed.



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas
Emma Fawley-Barnes
Nombre de messages : 35
Avatar : Daria Milki
DC/TC : Steven Rogers
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 01/05/2018

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
16.09.18 21:30


La nuit a été bien compliquée. Emma n'a pas dormit grand chose. Quand le sommeil la gagnait, c'est finalement les cauchemars qui prenaient le relais. Finalement, peut-être qu'elle n'aurait jamais du regarder les dossiers. Le petit point réconfortant, c'est qu'elle est dans la chambre de Steve, avec sa célèbre veste marron, lui donne un environnement familier. Ca lui rappelle des temps anciens et révolus. Le réveil est bien difficile, Emma baille, encore si fatiguée. Ses pensées se tournent directement vers Monsieur Stark. Est-ce qu'il a réussi à dormir ? Ce serait très étonné, il ne doit pas être dans un meilleur état qu'elle. Emma se mord les lèvres. Dans son malheur et ses histoires, elle a entraîné quelqu'un d'autre. Alors que … Monsieur Stark avait déjà beaucoup à gérer, avec notamment le départ de Steve, et si elle en juge par les dossiers qu'elle a lu, le meurtre de ses parents. La rouquine soupire profondément. Elle devrait s'excuser auprès de lui. Mine de rien, il a fait beaucoup pour elle. Ne pas l'avoir livré aux autorités est un grand geste. Mais alors se creuser les méninges pour elle, mettre les doigts dans une histoire si difficile … D'autres lui auraient claqué la porte au nez. S'il l'avait fait, elle n'aurait pas été en mesure de lui en vouloir. Après tout, il ne la connaît pas.

Elle se redresse dans le lit, encore à moitié décoiffée. Se relevant, elle remarque immédiatement la migraine qui la fait chanceler. Okey, on va y aller doucement. Deuxième tentative. Les gestes sont plus lents. Face au miroir, son visage lui fait peur. Plus pâle que d'habitude, les lèvres sèches, les yeux rougis et les cernes marqués. Elle baille en passant une main devant sa bouche. De toute façon, l'heure n'est pas à se refaire une beauté. Emma enfile ses chaussures, défroisse un peu ses vêtements et met la grosse veste de Steve, bien trop large pour elle. Au moins, elle garde ce côté rassurant. Enfin, elle ose mettre un pied hors de la chambre.

La rouquine commence à raser les murs. L'étage est désert. Normal, comme lui avait dit le propriétaire de la tour, cet étage est celui de Captain America. Stevie. Elle regrette encore de ne pas avoir été le voir. Peut-être qu'elle n'en serait pas là. La peur l'a stoppé dans beaucoup de choses et il est trop tard pour revenir en arrière. La gamine appuie frénétiquement sur le bouton de l'ascenseur comme si cela allait le faire venir plus vite. Les portes à peine ouvertes, elle s'engouffre à l'intérieur et se plaque au fond. Enfin, la machine arrive au rez de chaussé. Une fois encore, elle est hésitante, marchant à petits pas avec méfiance … Avant de soudainement dévaler l'escalier en courant le plus vite possible, comme si elle avait le feu aux fesses.

Forcément, elle fini par arriver dans le hall, où elle s'arrête, essoufflée. Son regard se pose sur Tony, puis … Bruce ! Il est venu. Son cœur bondit dans sa poitrine. Il a accepté de venir. Pour elle oui, mais surtout pour Monsieur Stark, comme elle lui a demandé. Une tête familière qui sera capable d'encourager et calmer un peu le cœur détruit du justicier.

« Bruce ! » s'exclame-t-elle brusquement avant de courir vers lui, s'arrêtant seulement une fois blottit contre lui, ses bras autour de sa taille. Le soulagement fait aussi revenir la panique. Elle a du tellement l'inquiéter en ne répondant pas au téléphone pendant plusieurs heures. Ce n'est pas bon pour le cœur de Bruce ou plutôt pour sa condition avec Hulk. Mais quelle idiote ! La rouquine redresse alors la tête, cherchant son regard.

« Je suis désolée, tellement désolée. Je n'ai pas réfléchis. Je ... » Elle inspire un bon coup, et se tourne vers M. Stark qui semble sous le choc. Emma ressent enfin la tension entre les deux hommes, presque palpable. Est-ce qu'elle a encore commit une erreur en les rassemblant ici ? Oh Emma … pourquoi est-ce que tu te mêles de ce qui ne te regarde pas ? Immédiatement, elle reprend la parole, en faveur du justicier.

« Monsieur Stark a été très gentil et compréhensif avec moi. Il m'a … Il m'a beaucoup aidé. » Bon, ils n'ont pas encore eu leur fameuse conversation, mais le simple fait qu'il ait fait un pas vers elle est beaucoup. Elle ressent beaucoup de gratitude à son égard.

« J'ai pensé que … Ca lui ferait du bien de te voir. Mais … Je ne voulais pas être intrusive, pardon. »

Revenir en haut Aller en bas
Bruce Banner
Nombre de messages : 30
Avatar : Mark Ruffalo
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 03/05/2018

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
07.10.18 23:11

Surprenante
intrusion
Les secondes défilaient. Planté sur place comme le dernier des idiots, je triturai les manches de mon pull sans trop savoir où me mettre. Je n'avais pas été invité, après tout. Pas officiellement. J'avais disparu un long moment, et je me permettais de revenir comme un cheveu sur la soupe. Malgré tout, j'étais là maintenant. Je détaillai le hall du regard. Rien ne semblait avoir beaucoup changé... Pourtant tout avait changé, n'est-ce pas ? J'ignorais encore beaucoup de choses. Beaucoup trop de choses. Des choses pourtant essentielles. Un léger soupir franchit la barrière de mes lèvres. Ils ne savaient décemment pas se comporter en adulte... A quoi je pensais ? Il s'agissait de Tony Stark. Le mot adulte était à bannir. Je savais pourtant que derrière l'immaturité, l'égoïsme et l'égocentrisme n'étaient qu'une sorte de masque. Un masque tellement ancré sur le visage de Tony qu'il faisait partie de sa personnalité. Il était comme un enfant, certes. Comme tous les enfants il faisait des bêtises en croyant bien faire. Et comme tous les enfants, il apprenait de ses erreurs. Mais cela n'excusait pas tout. Car, malheureusement, Tony n'était plus un enfant. J'en avais marre de ramasser les pots cassés.

Malgré tout. J'étais là. Debout. Dans le hall. Planté comme le dernier des idiots.

Lorsque Tony apparut enfin – car la confrontation devait arriver un jour – je le détaillai du regard sans rien dire. Un léger sourire se forma sur mon visage. Sourire où la joie, la gêne et la crispation se mêlaient tout à la fois. Difficile de savoir vraiment, même pour moi, car je ressentais réellement tout cela à la fois. La gêne prédominait, cependant. Et puis, que lui dire ? Je savais que, lui, balayerait la gêne d'un coup de pied pour sauver les apparences. Oh... Au fond, je m'en faisais sûrement trop. Je devais être bien présomptueux pour penser que Tony avait été affecté par mon départ. En quoi, finalement ? Nous étions des amis, de proches amis, cela je pouvais l'affirmer. Mais ni lui ni moi n'avions à être gêné. Je lui en voulais pour beaucoup de choses, c'était un fait. Lui avait d'autres soucis en tête d'après ce que l'on m'avait dit. Et à raison. Ses bêtises le rattrapaient, comme toujours. A ces pensées, la gêne se dissipa un peu, me donnant plus d'assurance pour lui expliquer les raisons de ma venue. Aucune parole n'eut cependant le temps d'être prononcée. Emma apparut. Je me détendis tout à fait et ma mâchoire se décrispa – quand s'était-elle ainsi bloquée ?
Mes bras se refermèrent autour d'elle alors qu'elle se blottissait dans mes bras et je fermai les yeux, soulagé. Je ne lui en voulais pas, même si j'aurais préféré éviter les ascenseurs émotionnels.

« La prochaine fois laisse un post-it. » m'entendis-je prononcer.

Elle se détacha de moi et je gardai une main sur son bras. Elle m'expliqua que Tony avait pris soin d'elle. Je retins une réplique emplie de cynisme. Ce n'était pas le moment d'enfoncer un homme visiblement à terre. J'en profitai pour le détailler plus attentivement. Il ne m'avait jamais paru aussi fatigué, pas même lors de ses crises d'angoisse après New-York, quelques années plus tôt. Les problèmes actuels semblaient plus profonds, plus internes, plus contradictoires et conflictuels. Ne commence pas à être compatissant, Banner. Non. Ce n'était pas ça. Pas de la compassion.
Plutôt de la sympathie.

« Ca ne fait rien, Emma. Je suis rassuré de te savoir... » entre de bonnes mains ? Hmm. Non, pas trop. « En bonne santé. » conclus-je.

Je tournai la tête vers Tony et lui fis un petit sourire.

« Bonjour, Tony. Je suis navré pour cette intrusion un peu... Heu... Inattendue. Je suis revenu ici il y a peu de temps et puis... Eh bien, je n'avais pas trop d'endroits où aller et... Enfin bref, ça n'est pas très important. Emma m'a appelé hier soir et j'ai cru comprendre qu'il fallait que je vienne alors... Me voilà. Je voulais surtout m'assurer que tout allait bien pour elle. J'espère ne pas te déranger. »

C'était un bon résumé de la situation, non ? Cependant, balancer à la face de Tony Stak qu'il n'allait pas forcément très bien était la meilleure solution pour qu'il vous contredise. J’espérais avoir contourner la question et y revenir plus tard. Même si je n'étais pas encore sûr d''avoir envie de rester.
J’ai vu tes peurs se cacher près de notre passé. Et laisse-moi seul, laisse-moi loin de tes côtés.
Pando
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Stark
Nombre de messages : 199
Avatar : Robert Downey Jr.
DC/TC : Caitlin Snow / Yelena Belova
Le cœur et ses caprices : En couple avec une rousse au caractère exéc... exemplaire
Date d'inscription : 03/05/2018

Identité secrète
Matériel en votre possession:
Vos Liens:
Votre Camp: Héros

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
28.10.18 18:40







Qu'il s'agisse d'une bien étrange coïncidence - ce qui n'était absolument pas le cas - ou d'une visite imposée par la force des choses, Tony se montrerait bien piètre menteur envers lui-même s'il ne s'avouait pas être impatient de revoir Bruce. Un peu inquiet également, l'ingénieur étant parfaitement conscient que son Science Bro avait - tout comme, eh bien, tous leurs ex-coéquipiers - de quoi lui faire quelques reproches. Et s'il était nécessaire d'en donner ne serait-ce qu'un seul, Ultron était un exemple flagrant. Qu'on se le dise, l'ingénieur n'avait eu qu'un seul désir : donner naissance à une intelligence artificielle capable de protéger le monde, d'y apporter la paix en anticipant la moindre menace, en y mettant fin avant que la moindre vie humaine ne soit menacée. Il n'avait nullement eu le but de donner vie à une intelligence artificielle psychopathe ! Mais ses rêves d'intelligence artificielle et de paix mondiale étaient morts dans l’œuf, achevés par sa trop grande confiance en lui, son envie de "trop bien faire" et la perversion naturelle d'Ultron.


Et la destruction de ce dernier n'avait rien changé. Pire, celle-ci avait marqué le début de la fin: Pietro Maximoff, cet enfant trop vite grandi n'ayant pas eu d'autre alternative qu'Hydra pour pouvoir se venger de lui, était devenu la figure de proue d'un long cortège de victimes sans visages venant hanter ses nuits pour le tourmenter, sa mort avait très certainement donné de plus amples raisons à sa jumelle de le haïr, et les familles de toutes les personnes mortes dans l'effondrement de la ville ne le portait certainement pas dans le cœur. Helmut Zemo en tête, celui-ci réussissant là où nombre avait échoué : diviser les Avengers et les monter les uns les autres en usant de Barnes comme d'un parfait bouc émissaire. Donc pas responsable de ce dont on l'accusait. Soit, l'ingénieur avait su le comprendre, l'accepter: il s'était même montré près à aider Steve et son super boyfriend avant que la "fameuse" vidéo ne vienne lui donner des envies de meurtres.


Mais pour en revenir à Bruce... Oui, ce dernier pouvait sans peine lui reprocher son arrogance naturelle, son incapacité à écouter les autres ou son insouciance chronique à croire que les choses iraient telles qu'il le voudrait. Il n'était pas ultra fan de la chose non plus mais sa capacité à accepter les reproches s'était nettement améliorée alors si son ex-coéquipier décidait de lui exprimer ses quatre vérités en élevant la voix... Soit. Au moins Bruce n'allait-il pas pouvoir lui reprocher ses manières lorsqu'il s'agissait d'accueillir. Maigre consolation, Bruce n'allait avoir aucune opportunité de lui reprocher une chose. Une seule et sans doutes la plus importante : l'accueil donné à la jeune fille. Il n'était pas doué avec les enfants, que ceux-ci soient en bas âge ou dans l'adolescence, mais il s'était plutôt bien débrouillé sur ce coup-là. Et lorsque Bruce et Emma se trouvèrent réunis, l'ingénieur se sentit presque vexé devant le flagrant manque de confiance du scientifique à son égard. Ca ne fait rien, Emma. Je suis rassuré de te savoir... En bonne santé. Emma était en bonne santé oui, et il n'aurait pu en être autrement. Il n'était pas un bourreau d'enfants, merci bien.


« Bonjour, Tony. Je suis navré pour cette intrusion un peu... Heu... Inattendue. Je suis revenu ici il y a peu de temps et puis... Eh bien, je n'avais pas trop d'endroits où aller et... Enfin bref, ça n'est pas très important. Emma m'a appelé hier soir et j'ai cru comprendre qu'il fallait que je vienne alors... Me voilà. Je voulais surtout m'assurer que tout allait bien pour elle. J'espère ne pas te déranger. »


- Pas le moins du monde, assura l'ingénieur qui commençait de plus en plus à avoir envie d'un verre, comme quoi les habitudes avaient la vie dure. Et Emma va très bien. Elle a été nourrie et logée, le grand luxe total. Il y a tout de même pire comme traitement non ? Je passe même au-dessus de l'entrée par effraction dans mon propre bureau, ne suis-je pas génial ?


Technique classique de diversion : détourner la conversation sur un sujet - presque - choisi au hasard pour retarder le moment où il faudrait aborder le véritable sujet, le plus souvent désagréable. Et Tony n'était certainement pas prêt à avoir la conversation.


- Mais je ne vais certainement pas me tromper en affirmant que tu n'as pas retrouvé ton chemin jusqu'ici pour m'entendre encore et toujours parler de moi, j'ai apparemment un gros problème avec ça. Mais j'aimerais bien savoir comment tu as bien pu te retrouver propulsé au rang de babysitter pour la fille de l'assassin de mes parents. Tu le savais d'ailleurs ?


Dans d'autres circonstances, l'ingénieur n'aurait certainement pas voulu se montrer aussi acerbe mais puisque tout le monde semblait au courant des choses importantes bien avant lui, il était parfaitement en droit de poser la question.

(c) SIAL ; icons sial



________________
“‘Mr. Stark displays textbook narcissism’…
Agreed.



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas
Emma Fawley-Barnes
Nombre de messages : 35
Avatar : Daria Milki
DC/TC : Steven Rogers
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 01/05/2018

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]
30.12.18 17:54

Bruce est bien vite rassuré de constater qu'elle va bien et Emma lui adresse un petit sourire d'excuse. A la mention des post-it, elle sent son cœur s'alléger un peu. C'est leur truc à eux. A chaque fois que Bruce travaillait bien trop longtemps, Emma, qui avait cuisiné, lui laissait son plat de côté avec un petit post-il pour qu'il n'oublie pas de manger (ni de dormir), et d'autres petites attentions de la sorte. Reculant un peu, elle se blottit dans la veste de Steve, bien trop grande pour elle, mais au confort rassurant. Silencieuse, elle suit l'échange entre Bruce et Tony. Quelques mots un peu gêné et mal à l'aise de la part de son colocataire. Une réponse bien sarcastique et sur la défensive de la part du maître des lieux. Lorsqu'il mit en avant son intrusion illégale, Emma rougit jusqu'à la racine des cheveux et baisse la tête, honteuse et coupable.

Si encore ça c'était arrêté là … Mais non. Monsieur Stark continue sur sa lancé en lançant une bombe. Bruce joue les babysitter pour la fille de l'assassin de ses parents. Emma recule d'un pas et se crispe de tout son être, restant interdite, heurtée par ses paroles. Premièrement, Bruce n'est pas son babysitter, la rouquine est bien autonome depuis trop longtemps en fait. L'appartement était initialement à son nom avant qu'elle ne cherche un coloc', travaillant dans un restaurant après ses cours et une partie du week end. Et puis … C'est plutôt elle qui prend soin de Bruce. Sinon le pauvre homme s'oublierait complètement. Mais surtout …. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir coupable de la colère et la souffrance de Tony Stark. Parce que oui, il a raison, elle est la fille de Bucky. Pourtant, elle ne peut s'empêcher de prendre la défense de Bruce, qui lui, n'a rien à voir avec tout ça.

« Je … Il n'est pas mon babysitter mais mon colocataire. » Sa voix n'a rien d'indignée ou d'agressif, mais plutôt hésitante. « Et il ne savait pas. Bruce n'a rien à voir avec tout ça. C'est moi, je …. Je n'ai jamais voulu tout ça. » Sa dernière phrase n'est qu'un murmure, l'émotion visible dans son intonation. Elle ne parle pas de la présence de Bruce ici, mais bien du meurtre des parents de Monsieur Stark.

« Je suis désolée ... »

Son regard se voile alors qu'elle détourne la tête, les yeux brillants de larmes qui ne semblent pas avoir disparu depuis la veille au soir. Emma se sent responsable des crimes commit par Bucky, qu'ils soient conscient ou non. Si elle n'avait pas abandonné, si son pouvoir n'avait pas déconné, elle aurait sauvé son père et tout ceci ne serait pas arrivé. C'est parce qu'elle a faillit à sa tache. Elle aurait du être plus forte. Mais avec des « si » on peut refaire un monde, et Emma a conscience qu'elle n'aurait pas été en mesure de faire d'avantage. Cette impuissance est bien ce qui la rend triste et la fait culpabiliser. Mais que sont des excuses face au meurtre des parents de Tony ? Rien du tout. Ca n'allait pas alléger sa peine, ça n'allait pas lui rendre ses parents. Encore une fois, elle ne peut être que spectatrice d'un drame, incapable de changer quoi que ce soit. A quoi sert d'avoir de tels pouvoirs dû à sa mutation, si cela n'aide en rien ? Stupide Emma.

« Je ne sais pas quoi faire d'autres à part vous demander pardon » confie Emma, impuissante, en séchant les larmes qui coulent toujours. Pourquoi tous ces malheurs sont arrivés ? Qu'est-ce qu'ils peuvent y faire maintenant ? Il n'y a aucune bonne réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Surprenante intrusion [PV Tony]

Revenir en haut Aller en bas
 
Surprenante intrusion [PV Tony]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We are Groot! :: Les lieux principaux :: Manhattan :: Stark Tower-
Sauter vers: