La pire des erreurs [PV Winter Soldier - Flashback]

Sujet: La pire des erreurs [PV Winter Soldier - Flashback]   04.08.18 15:04
Emma Fawley-Barnes
Nombre de messages : 38
Avatar : Daria Milki
DC/TC : Steven Rogers
Le cœur et ses caprices : Célibataire
Date d'inscription : 01/05/2018
La pire des erreurs
Winter Soldier x Emma
"JE T'AIME BUCKY !" hurle-t-elle en écho aux premières paroles qu'elle lui a adressé. Le visage en larmes, leur regard se croise, lui surprit, elle dévastée. Le train part. Emma tombe à genoux, criant son désespoir. Sa crise de panique se déclenche, tout se déforme autour d'elle. Son don fait des siennes, devenant instable. Elle ne maîtrise plus rien. Elle ne maîtrisera plus jamais rien. Et alors, son corps disparaît.  

Lorsque Emma réapparaît, elle est à genoux au plein milieu de grands immeubles, sur une place place. Choquée, elle regarde autour d'elle. Les passants la regarde de travers, et elle, elle les observe complètement déboussolée. Seigneur, qu'est-ce qu'il se passe ? La petite rouquine sèche les larmes qui coulent sur ses joues et se relève, tremblante. La première chose anormale qu'elle remarque, ce sont justement les vêtements, bien différents des siens. Beaucoup plus modernes. Qu'est-ce que c'est que ça ? Et même ces grands immeubles, ils sont si … parfaits ? Il n'y a pas tel environnement de là où elle vient ? Les grands écrans publicitaires la font sursauter. Qu'est-ce que c'est que ça?

Emma se redresse alors, se relevant, le corps tremblant. Elle referme sa vieille veste contre elle. Elle comprend alors qu'elle est certainement dans le futur. Il suffit de voir cette étrange technologie et ses propres vêtements bien vieux et terne par rapport à ceux que portent les autres. Fermant sa veste, ses yeux se portent sur sa main et son cœur bondit dans sa poitrine. Les plaques militaires de Bucky. Elle laisse échapper un gémissement de souffrance, alors que sa poigne se referme sur le collier. Encore une fois, il n'a pas voulu l'écouter. Maintenant, il est mort, encore une fois. Et elle …  Elle est bloquée dans le futur.

Fermant les yeux, elle cherche à rentrer, mais panique aussitôt en voyant que son pouvoir refuse de fonctionner. Non non non. Pas ça. Allez. Elle essaie encore et encore, mais rien à faire, son corps ne bouge pas de cette place. Elle fait du surplace comme une idiote. Son cœur se met à battre beaucoup trop vite. Elle est vraiment bloquée.

Alors elle court. Dans une direction imprécise. Ce n'est pas important. Juste courir, fuir. Un klaxon retentit brusquement quand elle manque de se faire percuter par … une voiture au toit ouvrant. Que c'est étrange. Un homme lui crie dessus mais Emma n'y prend pas garde, continue de courir. Ses pas finissent par la mener devant un … musée ? Elle s'y engouffre. Hésitante, elle place le collier autour de son cou, comme pour se donner du courage et avance de quelques pas.

Captain America. Elle se fige en entendant ce nom puis se retourne pour observer silencieusement les deux portrait alors que la voix narre leur histoire. Steve Rogers et son ami James Barnes. Elle se mord les lèvres et essaie de ne pas laisser ses émotions éclater dans un lieu publique. Lentement, Emma s'assoit sur ce banc, écoutant la voix parler, toujours et encore, Elle ne les quitte pas des yeux.

Puis, choquée, elle le voit. Steve. Avec sa carrure de Super Homme. Emma se lève brusquement.

« Stevie Punk ?! » gémit-elle à voix basse. Elle s'apprête à s'élancer vers lui, pour sauter dans ses bras, à la recherche de confort et entendre des mots rassurants. Les Avengers, c'est ce que dit la voix qui explique l'histoire de Captain America qui aurait été cryogénisé pendant si longtemps. Mais elle ….. Emma se ravise dans son geste. Mais elle, elle n'a pas de raison d'être là. Comment est-ce qu'il réagirait s'il la voyait ? S'il savait pour son côté mutant ? Pour les lois de la nature qu'elle a bravé ?

Non. Emma prend alors la fuite, courant hors du musée. Elle n'a pas pu. Elle n'a pas osé. N'a pas eu le courage.  

La nuit tombe bien trop vite. Les jours passent bien trop vite. Elle squatte le musée tous les jours, ne pouvant se détacher de l'image de ces deux hommes. Cette nuit là, Emma a volé une pomme dans un marché. La gamine se réfugie dans une ruelle en mangeant. Avant de se stopper et de se retourner. Elle est suivie. Elle le sent.

Son cœur se met à battre trop fort et elle avance plus vite dans la ruelle, hâtant le pas … Puis ses pas la mène face à un tunnel. Elle hésite mais … Non, elle n'a pas le temps de réfléchir à une autre solution. Elle s'y engouffre alors. Emma avance encore plus vite, ne cessant de se retourner. L'homme est toujours là. Sa main serre la plaque militaire contre elle.

Papa ... Mais Bucky ne peut pas l'aider. Elle court alors, essayant de sortir du tunnel le plus rapidement possible.




greenie strawberry
Sujet: Re: La pire des erreurs [PV Winter Soldier - Flashback]   24.03.19 23:49
Invité
Invité
Anonymous
la pire des
erreurs
желаниe, Pжавый. Le cerveau décongelé, la carcasse réanimée, le Soldier est prêt. Son bras vrombit une dernière fois, les muscles de ses épaules semblent être toujours rigides, aussi droits et tendus que son corps entier. Quelques mots qui tournent, hurlent dans son encéphale. Les yeux imprécis, fuyant mais cruellement froid ; le regard vide, fade. Son éternelle veste en kevlar, des armes recouvrant son corps, ses lunettes et son masque sécurisés. Enfin, les quelques mots de la mission tombent dans son oreille et son cerveau est entraîné pour capter l’essentiel malgré ses frissons. [Follow ; monitor ; don’t be seen]. La mission devient la priorité, ses prunelles bleutés s’éclairent une demi-seconde derrière les verres teintés, se précisent, refadent dans un examen robotique des alentours.

Семнадцать, Девять, Один. La rousseur de ses cheveux ne peut pas se cacher, les traits presque trop délicats lui sautent au visage, l’agressent presque violemment, il a envie de tourner la tête, fermer les yeux. [Watch her]. Le Soldier l’a trouvé. La mission change légèrement. Les détails sont aussi vagues que son regard, mais la voix dans le fond de sa tête ne se calme pas, hurle et hurle et hurle. The Asset ne bouge pas, son bras ronronne dans le silence dans la nuit, bruit rassurant. L’œil presque collé à la lunette de son fusil de précision, il la regarder voyager, change de building quand il la perd de vue. Sa mission semble revenir tous les jours au même endroit, la même immense construction. La voix gueule encore et encore, forte et puissante, mais son esprit est concentré sur la Mission, le reste n’a aucune importante ; le building, la voix, le rouge, bleu, blanc, rouge, blanc, bleu qui agresse ses yeux et demande son attention sans l’obtenir.

Рассвет, Печь. Il est bientôt l’heure. Les mots de la mission ont encore une fois changé, précis. [Bring her]. La date et l’heure de fin se rapprochent. Le Soldier l’a suivi pendant des jours et il sait où elle va, ce qu’elle fait. La pomme n’est pas une surprise, il avait calculé qu’elle aurait faim, que son corps trop fin, il faut qu’elle mange, avoir un toit sur sa tête, quelqu’un pour la nourrir, l’orpheline aurait besoin d’un remontant. Son sniper s’accroche presque naturellement dans son dos, caché par la nuit et sa silhouette trop sombre, et il descend, sans un bruit. Chaque mouvement est contrôlé, chaque respiration mesurée, chaque ronronnement métallique calculé. La ruelle est une aubaine, mais une aubaine prévue après son vol.

Доброкачественные, bозвращение домой. La Mission l’a senti mais ça ne change rien. La silhouette impressionnante du soldat avance dans le noir, silencieusement. Elle ne lui échappera pas et il le sait très bien, peut-être aussi bien qu’elle. Elle se met à courir mais ses coups d’œil en arrière l’empêchent d’être réellement rapide et il n’accélère pas, la suit des yeux, ses enjambées se font plus grandes. Le Soldier prend même le temps de calmement fixer un silencieux à son arme, avant de tendre le bras et tirer : la balle traverse la cheville droite, parfaitement tirée, elle n’a rien touché d’important. [Non-fatal wound]. La Mission s’effondre. [Pain: 15% ; Scale: 5/10].

грузовой ваго. En quelques enjambées, il a rejoint le corps au sol de sa mission. Son arme est rangée à sa ceinture, il ne perd pas de temps, l’heure du départ est trop proche. Il attrape ses poignets pour l’immobiliser, le temps de la redresser de force, sans l’écouter, sans même l’entendre. Sa douleur n’est pas importante. The Asset marmonne deux mots en russe dans le micro caché par son masque et ses cheveux, sa voix modifiée, rauque par le manque d’utilisation et ses corde-vocales encore gelées. [Have her]. Il est en train d’attacher ses poignets quand des pas, hésitants mais bruyants, résonnent dans le tunnel. Quelqu’un d’autre est avec eux. Un coup d’œil entre ses mèches poisseuses lui apprend que c’est un SDF, surement inquiété par les pas rapides de sa Mission. Ce héros national qui vole au secours des veuves et orphelins sans rien demander en retour et la veste trop grande, le corps trop petit, la touffe de cheveux blondes, les joues creuses le soldat chuchote encore une fois, son accent russe puissant malgré son masque. [Collateral damage: one]. Son bras se lève, l’arme attrapée dès le premier bruit de pas et il tire. Le corps s’effondre, la balle logée parfaitement entre les deux yeux encore ouverts et écarquillés du bon samaritain.

In this farewell There's no blood, there's no alibi 'Cause I've drawn regret From the truth of a thousand lies So let mercy come and wash away What I've done
Pando

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum