Partagez | 
 

 Battle for a Soul!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nombre de messages : 9
Avatar : Henry Cavill
DC/TC : Bruce Wayne
Le cœur et ses caprices : Un petit chaton?
Date d'inscription : 08/11/2018

Sujet: Battle for a Soul!
10.11.18 14:44

Battle for a Soul!

La sémantique est quelque chose d'intriguant. Prenez deux personnes, qui vont être semblables sur un tas de choses. Taille, poids, origine ethnique, sexe, tout. Faites en sorte que chacune d'elle dispose de capacités surhumaines similaires, encore une fois. Et bien si la première est définie comme étant le "résultat d'un accident survenu dans un laboratoire" ou "l'hôte d'un esprit mystique" ou n'importe quoi du même style et que la seconde est un "mutant", je peux vous assurer qu'elles n'auront pas la même vie.

Je ne saurai jamais si le fait d'avoir été catalogué comme étant mutant a influé sur mes choix, ma vie. Ce que je sais, c'est que je suis actuellement dans un taxi qui me conduit dans un quartier un peu mal famé de Star City. Je ne connais pas du tout cette ville, et je n'ai pas spécialement envie de m'y attarder. Alors pourquoi être venu? Parce qu'il y aurait une activité mutante dans le coin, et cela signifie donc un potentiel nouveau membre pour la Confrérie.

Le véhicule s'arrête à l'adresse préalablement indiquée. Je paie en liquide, puis quitte l'habitacle sans récupérer ma monnaie. Sous ma forme humaine, il est impossible de savoir que je suis un mutant. Un avantage véritable sur la plupart de mes frères et soeurs que la société en place oppresse. Si je la joue profil bas, c'est parce que depuis que ces nouveaux... héros ont fait leur apparition, on ne sait pas ce qui peut nous tomber dessus. Mais dans les poches de mon jean's, je marche en direction d'un immeuble de cinq ou six étages.

Devant la porte d'entrée, un petit groupe de jeunes. Il doivent avoir entre dix et douze ans. L'âge qu'avaient mes plus jeunes frères avant que Gravinof ne... Mieux vaut ne pas y penser. Ils parlent, jouent avec un ballon de basket. Sans faire exprès, l'un d'eux fait tomber le ballon qui roule jusqu'à mes pieds. Je le ramasse, d'une seule main. C'est là qu'ils réalisent tous que je ne suis pas dans les normes, question taille.

- L'ballon, M'sieur!

Je le leur rends, mais en profite pour interpeler le groupe.

- Est-ce que l'un de vous connait Matthew Harris? Il habite bien ce bâtiment?

- Matt? Oui, il vit au troisième avec sa mère. Il a dit qu'il descendait d'ici une petite dizaine de minutes. Pourquoi, m'sieurs?

- T'occupe, finis-je par lâcher en me dirigeant vers la porte de l'immeuble. Bien que l'on soit dans une partie pauvre de la ville, il est muni d'un digicode, qui m'empêche donc d'accéder à l'intérieur.

Un léger soupir finit par s'échapper de ma bouche. Les informations obtenues sont correctes, jusque-là. Certains se demandent comment nous pouvons être aussi rapidement sur les lieux d'une nouvelle manifestation de pouvoirs. Même si nous ne disposons pas de Cerebro, comme nos adversaires les X-Men, nos télépathes et les différents outils mis au point par nos alliés sont tout aussi efficaces. Puis Erik a aidé à la conception de l'ordinateur qu'utilise Xavier. Donc bon...

Bras croisés sur la poitrine, je pèse le pour et le contre d'utiliser mes pouvoirs pour détruire la porte qui me barre la route. Le truc, c'est que cette ville est sous la protection d'un héros nommé Green Arrow - oui, je me suis renseigné avant de venir ici. Et même s'il n'a l'air d'être qu'un gars affublé d'un costume de Robin des Bois - arc inclus - je préfère ne pas faire trop de vagues.

________________
"Ra-Ra-Rasputin, Russia's Greatest Love Machine,
It was a shame how he carried on!
"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 11
Avatar : Naomi Scott
DC/TC : DC de Joker
Le cœur et ses caprices : Russia's Greatest Love Machine *chante*
Date d'inscription : 08/11/2018

Sujet: Re: Battle for a Soul!
10.11.18 23:29

Battle for a Soul!

C’est d’un pas décidé que je traverse le couloir de l’Institut menant jusqu’au bureau du Professeur X. Je suis un peu pressée, c’est pourquoi je profite de mon intangibilité pour passer de force au travers des gamins qui se ruent en dehors des salles de classes. Je les entends râler : personne n’aime quand je fais ça, mais moi, ça me fait simplement sourire. Oh, je ne suis pas une emmerdeuse, simplement, j’aime bien taquiner les gens, de temps en temps… Je suppose que ça va avec le surnom félin qui me colle depuis mon arrivée ici, à l’Institut.
Au passage, je remarque un élève un peu trop jeune, se vanter de fumer des cigares qu’il a piqué au « Professeur Logan ». L’avantage de ma petite taille, c’est que je passe assez facilement inaperçue parmi les élèves, ce qui me permet aisément de surprendre le petit malin. Je phase à travers lui et me plante juste en face. Il affiche une tête surprise et je réponds par un air que je veux sévère, les poings sur les hanches.

« Je serais toi, je ne m’en vanterais pas aussi fort… » Je lui lance un regard entendu : si ça venait aux oreilles de Logan, je suppose que la punition serait un poil plus inquiétante… Je tends la main dans sa direction, paume ouverte : « Maintenant donne-moi ça, avant de finir en salle des dangers, en tête-à-tête avec le ‘Professeur Logan’. »

Je ne peux m’empêcher de me figurer ces guillemets, car Logan aime répéter à qui veut bien l’entendre qu’il n’est pas professeur. Personne ne dit rien, pour pas le vexer, mais juridiquement si, il est Professeur. En tout cas, c’est son statut, dans l’Institut. Je souris à l’élève qui repose immédiatement le cigare dans ma paume, soudain un peu blême. La perspective d’un passage en salle des dangers était généralement efficace et dissuasive. Je glisse le cigare dans la poche de mon perfecto sans manches. J’invite les élèves à se disperser et je reprends ma route pour le bureau du Professeur X. Je frappe à la porte et attends d’y être invitée pour rentrer. L’homme en fauteuil m’adresse un doux sourire, et m’invite à prendre place sur l’un des fauteuils.

« Il y a un problème, Professeur ? Vous vouliez me voir ? »

Il me rassure d’un sourire et avance son fauteuil, pour me tendre une feuille avec un nom, un prénom, une photo d’identité et une adresse. Il m’explique qu’il s’agit d’un jeune adolescent en pleine mutation, susceptible d’avoir besoin de notre soutien. Généralement, pour ce genre de mission, on ne se déplace pas seul, mais Xavier semble penser que tout ira bien pour moi, qu’au moindre problème, je n’avais qu’à envoyer un signal et une équipe de soutien débarquera. La mission ne m’effraie pas, même si en général pour le racolage de nouvelles recrues, c’est pas vraiment moi qu’on envoie. J’imagine qu’il veut me tester, voir si je suis prête. J’enseigne aux mômes seulement depuis cette année, et il faut que je travaille un peu tout ce qu’il me manque c’est-à-dire ma pédagogie ou encore… le fait de les recruter je crois.

« Matthew Harris… » je répète le prénom du gamin, pour ne pas l’oublier tandis que j’observe le paysage défiler.

Pour l’occasion, le Professeur a bien voulu me laisser prendre un véhicule de l’Institut, pas le plus luxueux, plutôt le genre de véhicule passe-partout, à cause du quartier où je dois me rendre. J’ai entré l’adresse dans mon GPS intégré à mon smartphone et me laisse guider dans les rues de Star City. Le Professeur m’a mise en garde de la possible intervention du justicier qui semble protéger cette ville. Le ‘problème mutant’ devrait être géré uniquement par des personnes compétentes, et donc par des mutants également.
Trouver une place pour se garer, à un endroit qui ne craint pas trop n’est pas une mince affaire, mais je finis par trouver un coin où quelques mômes jouent à l’extérieur. Je m’approche des enfants et ils se montrent méfiants :

« Hey, ça vous dit de vous faire un billet ? Quand je reviens, elle est intacte, pas une  rayure et il ne manque rien dessus. Deal ? »

J’adresse un sourire en coin au gamin le plus proche alors que ce dernier acquiesce volontiers. Bon, j’ai plus qu’à espérer que ça se passe bien. Sinon il faudra que je rentre en taxi et que j’explique au Prof’ pourquoi je rentre sans sa voiture… Je plonge mes mains dans les poches de mon perfecto en me dirigeant vers l’immeuble indiqué par le GPS de mon smartphone. Mes doigts tombent sur le cigare que je sors de ma poche, tout en marchant. Comment Logan peut fumer des trucs pareils, ce truc pue la merde… Je grimace rien qu’en imaginant le parfum de ce cigare dans ma bouche et je vais pour le ranger dans ma poche mais un jeune homme, pas encore parfaitement majeur, m’apostrophe, me proposant du feu.

« Non merci, ça ira… Est-ce que tu connais Matthew Harris ? »

« Ouais, vite fait, de nom. Il habite dans l’immeuble là-bas… » répond-il en me dévisageant, et je vois bien qu’il se demande ce que je peux vouloir à un môme.

Je le remercie et me dirige vers l’entrée de l’immeuble, jouant avec le cigare qui pue, le fourrant de nouveau dans ma poche tandis que je gravis les quelques marches conduisant à la porte d’entrée de l’immeuble. Des gamins sont présents, ainsi qu’un homme de dos, d’une solide stature, les bras croisés. Peut-être qu’il attend quelqu’un, ou peut-être qu’il a juste oublié ses clés. Je glisse un léger bonjour, et les enfants me répondent par automatisme. Je m’approche de la porte protégée par un digicode. Ce n’est pas vraiment un obstacle insurmontable pour moi, mais évitons de jouer la passe-muraille devant autant de témoins. Je pose ma main en visière sur le boitier électronique, comme si je voulais garder le code confidentiel et je phase mon index dans la machine ce qui déclenche, comme à chaque fois, un court-circuit, déverrouillant la porte. Un sourire satisfait aux lèvres j’ouvre la porte et c’est en voulant être courtoise et tenir la porte à l’homme qui se décide à rentrer que je reconnais ce visage. Mon sourire s’efface : putain d’merde. Evidemment que la Confrérie viendrait foutre son nez là-dedans ! J’essaye de refermer la porte, mais il a déjà bloqué la porte avec son pied et concrètement, je ne fais pas le poids… Lui aussi m’a reconnu, il n’y a qu’à voir le regard qu’il me lance. Il me reste une chance : je suis peut-être plus rapide et agile ! Je m’élance donc : pas d’ascenseur, évidemment, de toutes façons les marches, c’est bon pour le cardio ! Je sais qu’il habite au troisième, je l’ai lu dans le dossier du Professeur, je dois juste profiter de ma petite avance…



________________
shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 9
Avatar : Henry Cavill
DC/TC : Bruce Wayne
Le cœur et ses caprices : Un petit chaton?
Date d'inscription : 08/11/2018

Sujet: Re: Battle for a Soul!
18.11.18 15:16

Battle for a Soul!

J'attendais donc, à me demander si je devais défoncer la porte ou non. Mais heureusement pour tout le monde, une personne que je pensais être une habitante de l'immeuble se présente. Et fait en sorte qu'elle et moi puissions pénétrer le hall d'entrée. Le truc, c'est que nos regards se croisent, et que nous réalisons rapidement qui est qui. Une membre des X-Men! Avant qu'elle ne referme derrière elle, je place mon pied de façon à bloquer la porte. Elle met du coeur à l'ouvrage, mais il faudra bien plus que ça pour me faire reculer. Réalisant qu'elle ne pourrait pas me maintenir à l'extérieur, elle décide de partir en courant dans les escaliers.

Peu de chance pour que ce soit par hasard qu'elle soit présente ici. C'est forcément pour le petit Matt qu'elle est ici. Est-ce que l'objectif de ne pas faire trop de vagues pour ne pas attirer l'attention du Héros attitré de cette ville tient encore? Oui. Du plat de la main, je pousse le porte d'entrée, et mon regard se pose sur la cage d'escaliers dans laquelle résonnent les pas de la pseudo-héroïne. A mon tour, je m'y engouffre, marchant calmement. Pourquoi est-ce que je ne la course pas? Parce qu'il lui faudra convaincre un adolescent et son ou ses parents de la suivre. Qu'elle sera essoufflée, qu'elle risque aussi de tenir des propos pas forcément cohérent sur ma personne... Bref, tout ça pour dire que j'ai le temps. Une à une, je gravis les marches qui me séparent de mon objectif. Je crois l'entendre sonner, et tambouriner à la porte de l'appartement des Harris. Malgré moi, j'affiche un petit sourire en coin: au moins, nous ne nous sommes pas trompés. Je fais craquer ma nuque une fois le dernier étage atteint.

Mains sur les hanches, je réalise que j'ai oublié un petit détail. Cette Shadowcat, comme elle se fait appeler... Elle peut traverser les murs. Rendre aussi les choses ou personnes qu'elles touchent intangibles. Mains sur les hanches, je comprends que j'ai fait une bêtise en lui laissant cette avance. Ma légère frustration se traduit par un soupir qui vient s'échapper de mes lèvres, alors que je reprends ma marche, d'un pas plus décidé cette fois.

- Petit chat, tu n'aurais pas dû te pointer ici.

Un avertissement qui résonne dans le couloir en forme de L, et dont je ne peux pas voir la fin.

________________
"Ra-Ra-Rasputin, Russia's Greatest Love Machine,
It was a shame how he carried on!
"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 11
Avatar : Naomi Scott
DC/TC : DC de Joker
Le cœur et ses caprices : Russia's Greatest Love Machine *chante*
Date d'inscription : 08/11/2018

Sujet: Re: Battle for a Soul!
Hier à 18:07

Battle for a Soul!
Ambiance musicale

Faire l’erreur de me sous-estimer, c’est un truc que les gros vilains ont tendance à faire avec moi. Si confiant, le colosse que je sais capable de changer sa peau en métal ne se précipite pas, au contraire, me laissant l’avance nécessaire pour lui réserver une petite surprise. Aucune chance qu’il attire ce gamin du côté obscur de la Force. S’il veut une chance de bien tourner, l’adolescent doit rejoindre l’Institut, nous sommes les plus à même de l’aider à comprendre les changements qu’il rencontre, lui apprendre à se maîtriser sans pour autant laisser de côté son éducation et tout ce qui fait de lui un jeune homme ‘normal’. Rejoindre la Confrérie, c’est accepter d’abandonner clairement sa vie actuelle et n’avoir aucune chance de réinsertion dans notre société actuelle.
Je tambourine à la porte, sachant le russe presque rendu à l’étage. J’entends sa voix grave ponctuée d’un léger accent, me mettre en garde. D’où se permet-il une telle familiarité, même s’il s’agit bien de la traduction stricto sensu de mon surnom. Alors qu’il avance dans le couloir, s’attendant probablement à me découvrir en train de frapper à la porte, il se retrouve seul, en face de la porte, dans un couloir vide.
Je ne laisse pas plus de temps à sa surprise et, intangible, je sors brusquement de ma cachette, atterrissant avec agilité et légèreté sur son dos, en une prise d’immobilisation qui semble bien futile quand on voit notre différence de gabarit. Mais j’ai l’avantage de me rendre partiellement tangible, alors il ne pourra pas me désarçonner pour l’instant…

« Chat, c’est toi le chat ! » je souffle, joueuse, à son oreille, en grognant tant je tiens difficilement prise.

J’étends ma mutation jusqu’à lui, le faisant lentement traverser le plancher, jusqu’à l’étage du dessus. Nous sommes presque rendus à son buste quand j’ajoute, particulièrement fière de ma blague :

« Retour à la case départ, vous perdez un tour, vous ne recevez pas 20 000$... »

Maintenant qu’il est bloqué jusqu’aux épaules, j’ai relâché ma prise, le laissant coincé entre deux étages avant de me planter devant lui, de toute ma hauteur. Alors, c’est qui l’petit chat, hein ? Un sourire particulièrement satisfait aux lèvres, je m’accroupis et tends une main vers son visage sans le toucher :

« Let’s try again, Sexy. Attention à l’atterrissage... »

Je pose finalement un index sur la joue du confrériste, le rendant subitement intangible. J’entends juste un bruit venant de l’étage du dessous, me laissant supposer que le Colosse vient d’atterrir sans grande souplesse… Ou peut-être est-ce parce qu’il a déjà pris sa forme métallique ? En tout cas, je ne perds pas mon temps à me poser trop de questions, car m’est avis qu’il ne va pas tarder à remonter et cette fois-ci, pas certaine qu’il me donne du ‘Petit Chat’… Je tambourine une nouvelle fois à la porte et j’entends enfin la voix d’un adolescent. Je remarque qu’il nous a observé par l’embrasure de sa porte, maintenue fermée par une chaînette qui ne résistera pas bien longtemps si c’est l’autre Musclor qui vient taper à la porte. Il se montre méfiant, et je sens même qu’il doit flipper un peu… Et il y a de quoi.

« Vous êtes qui ?? Vous me voulez quoi ??... Et il est passé où, le type ? Vous l’avez… ? »

Super. Je passe pour la méchante, sérieusement ?

« Matthew, écoute, je ne te veux aucun mal, je suis là pour t’aider, mais ce type-là, comme tu dis c’est… Il ne pourra rien t’apporter de bénéfique, malgré ce qu’il pourrait te faire croire.»

J’entends des pas beaucoup plus rapide et lourds dans les escaliers et dans le couloir alors je sens que je n’ai vraiment plus beaucoup de temps pour m’expliquer.

« Matthew, je suis comme toi, je suis là pour t’aider à mieux comprendre ce qui est en train de t’arriver et … Oh merde… Matthew, reste caché, d’accord ? »

Je pourrais rentrer très facilement dans l’appartement, mais je n’ai pas envie d’inquiéter le môme, il est suffisamment bouleversé comme ça. Et je ne connais pas la nature de sa mutation, sous un stress intense, je pourrais me mettre en danger face à lui. A la place de ça, je me place en barrière entre la porte de l’appartement, et de celui qui me fait maintenant face…


________________
shadowcat & soft paws

That´s the classic X-Men spirit, fellas. Never use a door when you can make one of your own
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Battle for a Soul!

Revenir en haut Aller en bas
 
Battle for a Soul!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We are Groot! :: Les lieux principaux :: Star City :: Glades-
Sauter vers: