We are Groot! :: RP
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Battle for a Soul!

Sujet: Battle for a Soul!   10.11.18 14:44
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

La sémantique est quelque chose d'intriguant. Prenez deux personnes, qui vont être semblables sur un tas de choses. Taille, poids, origine ethnique, sexe, tout. Faites en sorte que chacune d'elle dispose de capacités surhumaines similaires, encore une fois. Et bien si la première est définie comme étant le "résultat d'un accident survenu dans un laboratoire" ou "l'hôte d'un esprit mystique" ou n'importe quoi du même style et que la seconde est un "mutant", je peux vous assurer qu'elles n'auront pas la même vie.

Je ne saurai jamais si le fait d'avoir été catalogué comme étant mutant a influé sur mes choix, ma vie. Ce que je sais, c'est que je suis actuellement dans un taxi qui me conduit dans un quartier un peu mal famé de Star City. Je ne connais pas du tout cette ville, et je n'ai pas spécialement envie de m'y attarder. Alors pourquoi être venu? Parce qu'il y aurait une activité mutante dans le coin, et cela signifie donc un potentiel nouveau membre pour la Confrérie.

Le véhicule s'arrête à l'adresse préalablement indiquée. Je paie en liquide, puis quitte l'habitacle sans récupérer ma monnaie. Sous ma forme humaine, il est impossible de savoir que je suis un mutant. Un avantage véritable sur la plupart de mes frères et soeurs que la société en place oppresse. Si je la joue profil bas, c'est parce que depuis que ces nouveaux... héros ont fait leur apparition, on ne sait pas ce qui peut nous tomber dessus. Mais dans les poches de mon jean's, je marche en direction d'un immeuble de cinq ou six étages.

Devant la porte d'entrée, un petit groupe de jeunes. Il doivent avoir entre dix et douze ans. L'âge qu'avaient mes plus jeunes frères avant que Gravinof ne... Mieux vaut ne pas y penser. Ils parlent, jouent avec un ballon de basket. Sans faire exprès, l'un d'eux fait tomber le ballon qui roule jusqu'à mes pieds. Je le ramasse, d'une seule main. C'est là qu'ils réalisent tous que je ne suis pas dans les normes, question taille.

- L'ballon, M'sieur!

Je le leur rends, mais en profite pour interpeler le groupe.

- Est-ce que l'un de vous connait Matthew Harris? Il habite bien ce bâtiment?

- Matt? Oui, il vit au troisième avec sa mère. Il a dit qu'il descendait d'ici une petite dizaine de minutes. Pourquoi, m'sieurs?

- T'occupe, finis-je par lâcher en me dirigeant vers la porte de l'immeuble. Bien que l'on soit dans une partie pauvre de la ville, il est muni d'un digicode, qui m'empêche donc d'accéder à l'intérieur.

Un léger soupir finit par s'échapper de ma bouche. Les informations obtenues sont correctes, jusque-là. Certains se demandent comment nous pouvons être aussi rapidement sur les lieux d'une nouvelle manifestation de pouvoirs. Même si nous ne disposons pas de Cerebro, comme nos adversaires les X-Men, nos télépathes et les différents outils mis au point par nos alliés sont tout aussi efficaces. Puis Erik a aidé à la conception de l'ordinateur qu'utilise Xavier. Donc bon...

Bras croisés sur la poitrine, je pèse le pour et le contre d'utiliser mes pouvoirs pour détruire la porte qui me barre la route. Le truc, c'est que cette ville est sous la protection d'un héros nommé Green Arrow - oui, je me suis renseigné avant de venir ici. Et même s'il n'a l'air d'être qu'un gars affublé d'un costume de Robin des Bois - arc inclus - je préfère ne pas faire trop de vagues.
Sujet: Re: Battle for a Soul!   10.11.18 23:29
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!

C’est d’un pas décidé que je traverse le couloir de l’Institut menant jusqu’au bureau du Professeur X. Je suis un peu pressée, c’est pourquoi je profite de mon intangibilité pour passer de force au travers des gamins qui se ruent en dehors des salles de classes. Je les entends râler : personne n’aime quand je fais ça, mais moi, ça me fait simplement sourire. Oh, je ne suis pas une emmerdeuse, simplement, j’aime bien taquiner les gens, de temps en temps… Je suppose que ça va avec le surnom félin qui me colle depuis mon arrivée ici, à l’Institut.
Au passage, je remarque un élève un peu trop jeune, se vanter de fumer des cigares qu’il a piqué au « Professeur Logan ». L’avantage de ma petite taille, c’est que je passe assez facilement inaperçue parmi les élèves, ce qui me permet aisément de surprendre le petit malin. Je phase à travers lui et me plante juste en face. Il affiche une tête surprise et je réponds par un air que je veux sévère, les poings sur les hanches.

« Je serais toi, je ne m’en vanterais pas aussi fort… » Je lui lance un regard entendu : si ça venait aux oreilles de Logan, je suppose que la punition serait un poil plus inquiétante… Je tends la main dans sa direction, paume ouverte : « Maintenant donne-moi ça, avant de finir en salle des dangers, en tête-à-tête avec le ‘Professeur Logan’. »

Je ne peux m’empêcher de me figurer ces guillemets, car Logan aime répéter à qui veut bien l’entendre qu’il n’est pas professeur. Personne ne dit rien, pour pas le vexer, mais juridiquement si, il est Professeur. En tout cas, c’est son statut, dans l’Institut. Je souris à l’élève qui repose immédiatement le cigare dans ma paume, soudain un peu blême. La perspective d’un passage en salle des dangers était généralement efficace et dissuasive. Je glisse le cigare dans la poche de mon perfecto sans manches. J’invite les élèves à se disperser et je reprends ma route pour le bureau du Professeur X. Je frappe à la porte et attends d’y être invitée pour rentrer. L’homme en fauteuil m’adresse un doux sourire, et m’invite à prendre place sur l’un des fauteuils.

« Il y a un problème, Professeur ? Vous vouliez me voir ? »

Il me rassure d’un sourire et avance son fauteuil, pour me tendre une feuille avec un nom, un prénom, une photo d’identité et une adresse. Il m’explique qu’il s’agit d’un jeune adolescent en pleine mutation, susceptible d’avoir besoin de notre soutien. Généralement, pour ce genre de mission, on ne se déplace pas seul, mais Xavier semble penser que tout ira bien pour moi, qu’au moindre problème, je n’avais qu’à envoyer un signal et une équipe de soutien débarquera. La mission ne m’effraie pas, même si en général pour le racolage de nouvelles recrues, c’est pas vraiment moi qu’on envoie. J’imagine qu’il veut me tester, voir si je suis prête. J’enseigne aux mômes seulement depuis cette année, et il faut que je travaille un peu tout ce qu’il me manque c’est-à-dire ma pédagogie ou encore… le fait de les recruter je crois.

« Matthew Harris… » je répète le prénom du gamin, pour ne pas l’oublier tandis que j’observe le paysage défiler.

Pour l’occasion, le Professeur a bien voulu me laisser prendre un véhicule de l’Institut, pas le plus luxueux, plutôt le genre de véhicule passe-partout, à cause du quartier où je dois me rendre. J’ai entré l’adresse dans mon GPS intégré à mon smartphone et me laisse guider dans les rues de Star City. Le Professeur m’a mise en garde de la possible intervention du justicier qui semble protéger cette ville. Le ‘problème mutant’ devrait être géré uniquement par des personnes compétentes, et donc par des mutants également.
Trouver une place pour se garer, à un endroit qui ne craint pas trop n’est pas une mince affaire, mais je finis par trouver un coin où quelques mômes jouent à l’extérieur. Je m’approche des enfants et ils se montrent méfiants :

« Hey, ça vous dit de vous faire un billet ? Quand je reviens, elle est intacte, pas une  rayure et il ne manque rien dessus. Deal ? »

J’adresse un sourire en coin au gamin le plus proche alors que ce dernier acquiesce volontiers. Bon, j’ai plus qu’à espérer que ça se passe bien. Sinon il faudra que je rentre en taxi et que j’explique au Prof’ pourquoi je rentre sans sa voiture… Je plonge mes mains dans les poches de mon perfecto en me dirigeant vers l’immeuble indiqué par le GPS de mon smartphone. Mes doigts tombent sur le cigare que je sors de ma poche, tout en marchant. Comment Logan peut fumer des trucs pareils, ce truc pue la merde… Je grimace rien qu’en imaginant le parfum de ce cigare dans ma bouche et je vais pour le ranger dans ma poche mais un jeune homme, pas encore parfaitement majeur, m’apostrophe, me proposant du feu.

« Non merci, ça ira… Est-ce que tu connais Matthew Harris ? »

« Ouais, vite fait, de nom. Il habite dans l’immeuble là-bas… » répond-il en me dévisageant, et je vois bien qu’il se demande ce que je peux vouloir à un môme.

Je le remercie et me dirige vers l’entrée de l’immeuble, jouant avec le cigare qui pue, le fourrant de nouveau dans ma poche tandis que je gravis les quelques marches conduisant à la porte d’entrée de l’immeuble. Des gamins sont présents, ainsi qu’un homme de dos, d’une solide stature, les bras croisés. Peut-être qu’il attend quelqu’un, ou peut-être qu’il a juste oublié ses clés. Je glisse un léger bonjour, et les enfants me répondent par automatisme. Je m’approche de la porte protégée par un digicode. Ce n’est pas vraiment un obstacle insurmontable pour moi, mais évitons de jouer la passe-muraille devant autant de témoins. Je pose ma main en visière sur le boitier électronique, comme si je voulais garder le code confidentiel et je phase mon index dans la machine ce qui déclenche, comme à chaque fois, un court-circuit, déverrouillant la porte. Un sourire satisfait aux lèvres j’ouvre la porte et c’est en voulant être courtoise et tenir la porte à l’homme qui se décide à rentrer que je reconnais ce visage. Mon sourire s’efface : putain d’merde. Evidemment que la Confrérie viendrait foutre son nez là-dedans ! J’essaye de refermer la porte, mais il a déjà bloqué la porte avec son pied et concrètement, je ne fais pas le poids… Lui aussi m’a reconnu, il n’y a qu’à voir le regard qu’il me lance. Il me reste une chance : je suis peut-être plus rapide et agile ! Je m’élance donc : pas d’ascenseur, évidemment, de toutes façons les marches, c’est bon pour le cardio ! Je sais qu’il habite au troisième, je l’ai lu dans le dossier du Professeur, je dois juste profiter de ma petite avance…


Sujet: Re: Battle for a Soul!   18.11.18 15:16
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

J'attendais donc, à me demander si je devais défoncer la porte ou non. Mais heureusement pour tout le monde, une personne que je pensais être une habitante de l'immeuble se présente. Et fait en sorte qu'elle et moi puissions pénétrer le hall d'entrée. Le truc, c'est que nos regards se croisent, et que nous réalisons rapidement qui est qui. Une membre des X-Men! Avant qu'elle ne referme derrière elle, je place mon pied de façon à bloquer la porte. Elle met du coeur à l'ouvrage, mais il faudra bien plus que ça pour me faire reculer. Réalisant qu'elle ne pourrait pas me maintenir à l'extérieur, elle décide de partir en courant dans les escaliers.

Peu de chance pour que ce soit par hasard qu'elle soit présente ici. C'est forcément pour le petit Matt qu'elle est ici. Est-ce que l'objectif de ne pas faire trop de vagues pour ne pas attirer l'attention du Héros attitré de cette ville tient encore? Oui. Du plat de la main, je pousse le porte d'entrée, et mon regard se pose sur la cage d'escaliers dans laquelle résonnent les pas de la pseudo-héroïne. A mon tour, je m'y engouffre, marchant calmement. Pourquoi est-ce que je ne la course pas? Parce qu'il lui faudra convaincre un adolescent et son ou ses parents de la suivre. Qu'elle sera essoufflée, qu'elle risque aussi de tenir des propos pas forcément cohérent sur ma personne... Bref, tout ça pour dire que j'ai le temps. Une à une, je gravis les marches qui me séparent de mon objectif. Je crois l'entendre sonner, et tambouriner à la porte de l'appartement des Harris. Malgré moi, j'affiche un petit sourire en coin: au moins, nous ne nous sommes pas trompés. Je fais craquer ma nuque une fois le dernier étage atteint.

Mains sur les hanches, je réalise que j'ai oublié un petit détail. Cette Shadowcat, comme elle se fait appeler... Elle peut traverser les murs. Rendre aussi les choses ou personnes qu'elles touchent intangibles. Mains sur les hanches, je comprends que j'ai fait une bêtise en lui laissant cette avance. Ma légère frustration se traduit par un soupir qui vient s'échapper de mes lèvres, alors que je reprends ma marche, d'un pas plus décidé cette fois.

- Petit chat, tu n'aurais pas dû te pointer ici.

Un avertissement qui résonne dans le couloir en forme de L, et dont je ne peux pas voir la fin.
Sujet: Re: Battle for a Soul!   19.11.18 18:07
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!
Ambiance musicale

Faire l’erreur de me sous-estimer, c’est un truc que les gros vilains ont tendance à faire avec moi. Si confiant, le colosse que je sais capable de changer sa peau en métal ne se précipite pas, au contraire, me laissant l’avance nécessaire pour lui réserver une petite surprise. Aucune chance qu’il attire ce gamin du côté obscur de la Force. S’il veut une chance de bien tourner, l’adolescent doit rejoindre l’Institut, nous sommes les plus à même de l’aider à comprendre les changements qu’il rencontre, lui apprendre à se maîtriser sans pour autant laisser de côté son éducation et tout ce qui fait de lui un jeune homme ‘normal’. Rejoindre la Confrérie, c’est accepter d’abandonner clairement sa vie actuelle et n’avoir aucune chance de réinsertion dans notre société actuelle.
Je tambourine à la porte, sachant le russe presque rendu à l’étage. J’entends sa voix grave ponctuée d’un léger accent, me mettre en garde. D’où se permet-il une telle familiarité, même s’il s’agit bien de la traduction stricto sensu de mon surnom. Alors qu’il avance dans le couloir, s’attendant probablement à me découvrir en train de frapper à la porte, il se retrouve seul, en face de la porte, dans un couloir vide.
Je ne laisse pas plus de temps à sa surprise et, intangible, je sors brusquement de ma cachette, atterrissant avec agilité et légèreté sur son dos, en une prise d’immobilisation qui semble bien futile quand on voit notre différence de gabarit. Mais j’ai l’avantage de me rendre partiellement tangible, alors il ne pourra pas me désarçonner pour l’instant…

« Chat, c’est toi le chat ! » je souffle, joueuse, à son oreille, en grognant tant je tiens difficilement prise.

J’étends ma mutation jusqu’à lui, le faisant lentement traverser le plancher, jusqu’à l’étage du dessus. Nous sommes presque rendus à son buste quand j’ajoute, particulièrement fière de ma blague :

« Retour à la case départ, vous perdez un tour, vous ne recevez pas 20 000$... »

Maintenant qu’il est bloqué jusqu’aux épaules, j’ai relâché ma prise, le laissant coincé entre deux étages avant de me planter devant lui, de toute ma hauteur. Alors, c’est qui l’petit chat, hein ? Un sourire particulièrement satisfait aux lèvres, je m’accroupis et tends une main vers son visage sans le toucher :

« Let’s try again, Sexy. Attention à l’atterrissage... »

Je pose finalement un index sur la joue du confrériste, le rendant subitement intangible. J’entends juste un bruit venant de l’étage du dessous, me laissant supposer que le Colosse vient d’atterrir sans grande souplesse… Ou peut-être est-ce parce qu’il a déjà pris sa forme métallique ? En tout cas, je ne perds pas mon temps à me poser trop de questions, car m’est avis qu’il ne va pas tarder à remonter et cette fois-ci, pas certaine qu’il me donne du ‘Petit Chat’… Je tambourine une nouvelle fois à la porte et j’entends enfin la voix d’un adolescent. Je remarque qu’il nous a observé par l’embrasure de sa porte, maintenue fermée par une chaînette qui ne résistera pas bien longtemps si c’est l’autre Musclor qui vient taper à la porte. Il se montre méfiant, et je sens même qu’il doit flipper un peu… Et il y a de quoi.

« Vous êtes qui ?? Vous me voulez quoi ??... Et il est passé où, le type ? Vous l’avez… ? »

Super. Je passe pour la méchante, sérieusement ?

« Matthew, écoute, je ne te veux aucun mal, je suis là pour t’aider, mais ce type-là, comme tu dis c’est… Il ne pourra rien t’apporter de bénéfique, malgré ce qu’il pourrait te faire croire.»

J’entends des pas beaucoup plus rapide et lourds dans les escaliers et dans le couloir alors je sens que je n’ai vraiment plus beaucoup de temps pour m’expliquer.

« Matthew, je suis comme toi, je suis là pour t’aider à mieux comprendre ce qui est en train de t’arriver et … Oh merde… Matthew, reste caché, d’accord ? »

Je pourrais rentrer très facilement dans l’appartement, mais je n’ai pas envie d’inquiéter le môme, il est suffisamment bouleversé comme ça. Et je ne connais pas la nature de sa mutation, sous un stress intense, je pourrais me mettre en danger face à lui. A la place de ça, je me place en barrière entre la porte de l’appartement, et de celui qui me fait maintenant face…

Sujet: Re: Battle for a Soul!   26.11.18 17:40
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

Quand j'arrive dans le couloir, j'ai la désagréable surprise de tomber sur... Personne. J'avance lentement, d'un pas silencieux en dépit de mon imposante carrure. Je regarde les portes devant lesquelles je passe, tout en lisant les noms de famille occupant les lieux. Je reste sur mes gardes, car je ne sais pas d'où cela peut tomber. Mais c'est tout à fait inutile, face à quelqu'un qui peut traverser les objets. Effectivement elle me "tombe dessus" de façon assez littérale. Et j'ai beau me débattre, il ne m'est pas possible de me défaire d'elle!

Je ne réalise que trop tard qu'elle fait quelque chose qui me répugne: elle utilise ses pouvoirs sur moi. Soyons bien clairs, ce n'est pas le fait qu'elle me fasse passer au travers du plancher qui me débecte. C'est plutôt l'idée que les idéalistes de l'école de Xavier sont prêts à utiliser leurs pouvoirs contre leurs propres frères mutants, plutôt que contre ce monde qui nous oppresse, qui nous contraint à vivre dans la clandestinité. Toutefois, mon "dégout" - le mot est peut-être un peu fort - est atténué par la touche d'humour de l'X-Woman.

Quand je traverse entièrement le pallier, je fais ce que n'importe qui disposant de mes dons ferait. Instinctivement, d'une simple pensée, mes muscles se contractent et la surface de ma peau se met à grésiller. C'est là que la transformation s'opère, et que la chaire devient acier. Je tombe donc au sol sous ma force métallique, un genou et un poing à terre. Je ne suis pas tombé de très haut, mais mon poids ayant fortement augmenté, le sol se craquelle sous le choc, et on ressentira même un petit tremblement dans l'immeuble.

- Puisque tu veux que l'on utilise nos pouvoirs... Je parle à voix basse, formulant verbalement ce qui n'aurait pu être rien de plus qu'une pensée.

Je me redresse lentement et m'époussette grossièrement. Je regarde ma tenue, et vois que les coutures de mes vêtements sont mises à rude épreuve. Je n'avais pas prévu de me transformer ainsi, c'est pour ça que j'étais habillé un peu en mode "passe partout". Le gain de masse quand je deviens Colossus... Bon, tant pis. Essayons de faire attention. Un voisin sort de son appartement pour voir ce qui se passe, jurant comme un charretier. Quand ses yeux se posent sur mon visage luisant sous la lumière des néons qui éclairent le couloir, il se tait, se fige. C'est du bout de l'index que je le renvoie chez lui. Tu as de la chance que je suis pressé, humain. Et que j'ai un objectif à remplir.

C'est au pas de course que je regagne l'étage supérieur. Et cette fois, c'est sans discrétion aucune que je me déplace. Le bruit de mes pas lourds annonce mon arrivée. Et cette fois, je n'ai le droit à aucune embuscade. L'X-Woman me barre la route. Enfin, pense pouvoir me barrer la route.

Levant ma main gauche, je pointe la porte de mon index tendu.

- Le garçon qui vit là vient avec moi.


Cette voix, limite robotique que j'ai quand je parle sous cette forme. C'est désagréable je trouve. Je continue d'avancer, conscient qu'un nouvelle affrontement pourrait se dérouler comme le précédent, et que l'on joue à ce jeu idiot pendant un moment, avec elle me faisant passer à travers le sol ad vitam. Mais je tente quand même ma chance. Et je me saisis d'ailleurs au passage d'un tube de métal que j'arrache du mur. Conduite de gaz? De chauffage? Je sais pas. Je m'en moque. Je ne m'en sers que comme d'un javelot que je lance en direction de la prétendue défenderesse de la future recrue de la confrérie.

De quoi l'occuper, histoire que je m'approche assez pour ouvrir cette satanée porte!
Sujet: Re: Battle for a Soul!   29.11.18 0:37
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!
Ambiance musicale

Il faut admettre qu’il y a quelque chose d’assez impressionnant, dans son aspect de colosse de métal. Il est plus grand, et comme si c’était possible ou même nécessaire, il est également plus costaud… Mon regard balaye malgré moi la stature du confrériste, et je dois réprimer une déglutition : heureusement que je peux me rendre intangible, sinon j’aurais peur qu’il me brise entre ses grosses mains. Il lève sa main, pointant son index en direction de la porte et donc, vers moi au passage. Sa voix est différente, même si je reconnais ses accents. Je me trompe peut-être, mais j’ai comme l’impression qu’il n’a pas trop envie de négocier, et qu’il n’a pas trop envie de me laisser le choix. Monsieur emploie un ton impératif qui ne me plaît pas, alors je fronce les sourcils. Je ne crois pas non. Ce garçon n’ira nulle part si ça veut dire que la Confrérie s’en mêle.
J’adopte une posture encore plus ancrée sur mes appuis, avançant d’un pas, inflexible.

« Je ne crois pas, non. Ou bien il faudra me passer sur le corps, d’abord. » je réponds, le défiant de passer cette porte.

Entendons-nous bien, je suis plutôt patiente, et si je dois lui faire traverser un étage encore et encore pour préserver ce môme d’une existence marginale avec la Confrérie, alors je le ferai. Il se met en marche, m’approchant d’un pas décidé, mais cette fois, il semble se montrer plus méfiant : je le vois arracher un tube métallique, sur son passage, comme s’il s’agissait d’une vulgaire branche de buisson. Il a probablement arraché une conduite de chauffage, parce qu’un nuage de vapeur commence à se dégager du mur, donnant alors au colosse une allure de sfumato digne des peintures des grands maîtres italiens. C’est que je le trouverais presque classe. Enfin, ça, c’était avant qu’il me lance le tube de métal comme un javelot. Je deviens intangible juste à temps pour qu’il me traverse et se plante dans la porte. C’est un malade ! Avec sa force de brute, il aurait pu me transpercer et m’épingler sur cette porte ! Je sais bien qu’on n’est pas tendre entre Confrérie et X-men, mais quand même, on en vient rarement aux blessures léthales.
Dans un même mouvement, alors que je m’étais rendue intangible, j’avance à la rencontre du confrériste. Il s’attend peut-être à ce que je le fasse de nouveau traverser le sol, c’est pourquoi je change de tactique, au dernier moment. Mais peut-être que ce plan aurait mérité un temps de réflexion, car mes phalanges viennent s’écraser dans un craquement sinistre dans la joue du colosse qui ne bouge pas d’un poil. La douleur et la surprise m’arrache un grognement :

«Ahlaputaindesam… » j’étouffe la fin de mon juron, prenant ma main endolorie dans mon autre paume.

Mais je suis folle si je pense que mon adversaire va s’apitoyer sur mon sort. Je crois que le mieux, contre un adversaire comme lui, ça reste encore de le fatiguer en le rendant intangible… Je secoue un peu ma main, en grimaçant, mais hors de question de lui laisser le plaisir de voir que, putain, je douille ! Je reprends ma garde, mais dès qu’il fait mine d’attaquer ou d’essayer de passer, je m’accroche à lui et nous traversons tous les deux le sol vers l’étage du dessous….


Sujet: Re: Battle for a Soul!   29.11.18 17:35
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

Je n'avais pas l'intention de l'embrocher, même si cela ne se voit pas au premier coup d'oeil, évidemment. Non, tout ce que je veux, c'est la distraire, pour me permettre d'avoir ce laps de temps suffisant pour atteindre la porte, et être en tête à tête avec le petit Matt. Mais on dirait bien que la brunette en a décidé autrement. Mon projectile ne l'atteint pas, étant donné la nature de ses pouvoirs. Et ce dernier ne fait que s'enfoncer dans la porte qui se tient derrière elle, sans la traverser complètement - preuve que je n'avais pas mis tant de force que ça dans mon geste.

L'X-Woman s'adresse à moi... Elle me défie! Et son choix de mots, sans être malheureux, est un peu curieux. Presque drôle en fait. Sa phrase me tire un léger sourire en coin. Se rend-elle seulement compte du double sens de la phrase qu'elle vient de prononcer? Tout en haussant un sourcil, je m'adresse à la brunette d'un air légèrement amusé.

- Proposition alléchante, petit chat. Mais jamais avant le premier rencard.

Ma réponse la dérange-t-elle? Oui, non, je ne sais pas. Ce que je sais, c'est que la mutante qui fait barrière de son corps entre mon objectif et moi-même choisit de changer de stratégie. Au lieu de continuer à me faire inlassablement traverser le sol, elle passe à l'attaque. Alors à moins qu'elle puisse modifier sa densité dans les deux sens et ainsi passer d'intangible à hyper-résistante, j'ai peur que le résultat ne soit... Et voilà, c'est bien ce que je pensais. Son poing vient de s'écraser contre l'armure métallique qu'est devenue ma chaire. Je n'ai absolument pas bougé. Malgré sa vélocité, j'ai vu le coup arriver, mais je savais que je n'avais rien à craindre.

En l'entendant jurer, je ne peux m'empêcher de demander "Ça va?" Quoi? Oui, je suis de la Confrérie. Oui, elle est dans le camp adverse - celui qui choisit de protéger ceux qui nous oppressent. Cela ne veut pour autant pas dire que je suis incapable de faire preuve de compassion à son égard - et je le rappelle, mon lancé de javelot n'était qu'une diversion, je savais qu'elle l'éviterait.

Malheureusement, elle ne semble pas croire que je puisse m'inquiéter de son état, et se met en garde. Alors je fais ce que je fais de mieux: je balance mes coups! Malheureusement, contrairement aux X-Men, nous ne disposons d'aucune formation martiale au sein de la Confrérie, et nous compensons donc notre manque de technique par une débauche de puissance. On perd peut-être en efficacité, mais quand on fait mouche, nous sommes capables de faire de fantastiques dégâts. Mais là? C'est comme de se battre avec un courant d'air. Elle et moi passons à l'étage d'en-dessous.

Ce petit jeu peut durer longtemps. Elle ne peut pas me blesser - pas que je sache. Et visiblement, je ne peux pas l'atteindre. Pourtant... C'est pas comme si elle disparaissait complètement de ce plan de l'existence. Je la vois, je l'entends, et il me semble qu'elle continue de respirer. Donc... Je tente un truc que j'ai vu à la télé.

Une tactique mise en place par le Géant Vert pour se défaire d'assaillants en trop grand nombre. Mettant mes bras en croix, je rabats mes mains l'une contre l'autre devant moi, créant ainsi une claque sonique assez puissant pour faire vibrer les murs et exploser la vitre du couloir donnant sur l'extérieur. Impossible pour moi de dire qu'elle effet cela aura eu sur le mignon petit chat.

Sujet: Re: Battle for a Soul!   11.12.18 0:25
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!
Ambiance musicale

Pourquoi ce sourire ? Un moment, j’ai presque l’impression d’avoir bafouillé, ou dit une connerie, mais j’essaye de ne pas avoir l’air véritablement distrait, et surtout de ne pas avoir la curiosité de demander ce qui semble tant l’amuser. Finalement, le russe m’aide à lever le voile sur le mystère. De quoi parle-t-il, quelle proposition ? Et comment ça pas avant le premier rencard ?
Oh.
Ah oui. C’est bon, j’ai compris. Je sens bêtement mes joues devenir un peu chaudes, comme si mon visage s’empourprer, mais dignement, je cache ma légère gêne, et puis, c’est sans doute ce qui me donne l’énergie et l’idée débile de taper à main nue dans un colosse de métal. Je n’ai plus les idées claires… D’ailleurs, quand on y pense, c’est avoir des principes pour pas grand-chose, si c’est pour s’envoyer en l’air dès le premier rencard, alors que ce soit avant ou après franchement…
En tout cas, quelque chose est sûr, le craquement de mon poing à l’impact de sa joue me remet les idées en place… J’ai a peine réussi à étouffer mon juron, ce qui m’a malgré tout permis d’entendre la voix caverneuse et métallique du confrériste me demander si ça va. Vraiment ? Je fronce les sourcils, les dents serrées de douleur : il est sérieux ? Ou bien il se paye ma tête, encore une fois ? J’ai du mal à croire qu’il puisse véritablement se soucier de ma douleur, alors méfiante, j’ai repris ma garde et il a repris son sérieux. Mais lui contre moi, c’est Don Quichotte contre des moulins à vent, car je le ferai traverser ces étages jusqu’à ce qu’il en soit épuisé… En tout cas, j’ai l’air de penser qu’il se fatiguera bien avant moi…
Nous atterrissons à l’étage inférieur, et je grimace en resserrant un peu mon poing endolori, comme pour vérifier que mes jointures fonctionnent encore.

« Tu te fatigueras avant moi, tu sais… Tu ferais mieux de renoncer, parce qu’il y a à peu près zéro chance que moi je le fasse. »

Hors de question que la Confrérie détourne encore un jeune mutant dans le mauvais camp. Bien en sécurité dans mon intangibilité, je ne m’attends pas vraiment à ce qui va suivre : alors que j’essaye une nouvelle fois d’attraper le colosse pour le faire traverser un étage de plus, il trouve le moyen de se défaire de mon emprise, et pire encore, il trouve le moyen de perturber mon intangibilité. L’impact de ses mains l’une contre l’autre émet une onde sonore si puissante qu’elle semble faire trembler les murs et va même jusqu’à exploser la vitre du couloir. Quant à moi, l’onde secoue mon corps comme elle traverse les murs, me faisant lâcher ma maîtrise de pouvoir et m’arrachant un petit cri de douleur quand les tremblements atteignent ma main blessée. Je crois que je me suis cassé un truc… Me voilà donc de nouveau matérielle, un peu secouée et sans défense pour le moment… Hors de question de le laisser filer, alors je rassemble toute ma volonté pour combattre un peu ce léger étourdissement et avant de savoir si mon adversaire va profiter de la situation pour prendre l’avantage ou tout simplement gravir les marches, je l’interpelle :
«Hey… pas très galant, joli cœur… Ta maman ne t’a jamais dis qu’on devait traiter les femmes avec plus de respect ? » Je me redresse sur mes jambes, loin de penser que le pauvre gars n’a plus trop de maman… Comment j’aurais pu le savoir, moi ?

«J’peux pas te laisser emmener le gamin. Il a encore une chance. La chance d’apprendre à se contrôler, à ne pas avoir peur de ce qu’il est ni de ce qu’on pense de lui. Une chance de pouvoir continuer sa vie, sans tout perdre. Sa famille. Ses amis. Tu crois que la Confrérie lui apportera quoi ? Il n’est pas trop tard, on peut encore l’aider…»

Je peux toujours essayer de le raisonner, mais j’ai du mal à croire qu’il sera sensible à mes propos…

Sujet: Re: Battle for a Soul!   11.12.18 17:38
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

C'était à prévoir. La jeune femme ne semble pas croire que je puisse m'inquiéter sincèrement de son état. L'idéologie de la Confrérie des Mutants de Magnéto n'est pas d'écraser ceux qui nous barrent la route. Nous souhaitons vraiment que tous les mutants puissent vivre en harmonie, sans avoir à se battre au sujet d'une sous-espèce qui cherche uniquement à nous opprimer.

En guise de réponse, j'ai le droit à un nouveau petit voyage à l'étage d'en-dessous. Mais je suis toujours accompagné - ce qui est déjà un bon point. La petite brune me fait remarquer qu'elle ne lâchera rien. Un véritable tête de mule, on dirait. Encore une fois, mes lèvres s'étirent en un fin sourire discret, alors que j'écoute ses mots. Ce qui le provoque? La situation et les deux protagonistes qui se font face. Elle et moi sommes quand même opposés sur beaucoup de choses. Son pouvoir la rend intangible quand le mien me rend virtuellement indestructible. Elle fait partie de l'école de Xavier, alors que je suis les préceptes de Magnéto. Un petit brin de femme contre un homme de plus de cent kilos.

Et pourtant, en dépit de ce qui nous oppose, nous sommes aussi semblables. Nous sommes motivés, entêtés, et certains que ce que nous faisons est la bonne chose pour le petit que nous nous disputons.

Visiblement, ma petite claque sonique a eu l'effet escompté. Je ne veux pas lui faire de mal, juste l'écarter de tout ça, que je puisse récupérer la nouvelle future recrue pour l'équipe de Magnéto. Il parait que ce garçon dispose de pouvoirs mentaux liés aux animaux. J'avoue ne pas bien avoir suivi le briefing le concernant, d'autant que notre version de Cérébro n'est pas aussi efficace que celle des X-Men - faut dire que sans le professeur Xavier, difficile d'obtenir d'aussi bons résultats. Entendre mon "adversaire" laisser échapper un petit cri de douleur m'est à peine supportable. Je note dans un coin de ma tête qu'à cause des humains et de la division qu'ils nous imposent, j'ai été obligé de faire souffrir l'une des nôtres, et qu'il faudra que je fasse souffrir l'un des leurs - question de karma.

Alors que je m'époussette grossièrement les épaules, j'entends l'X-Woman me parler de ma mère. Je sais qu'elle ne pense pas à mal, que ce n'est qu'une sorte de punchline qu'on se lance, comme si nous étions des personnages de bandes-dessinées. Mais tout de même. Cela me stoppe dans mon mouvement. Lentement, mes bras viennent se placer le long de mon corps.

Si je n'étais pas sous ma forme métallique, elle pourrait voir mon regard s'assombrir. En lieu et place, un léger claquement de langue résonne, seul action qui vient trahir un mélange d'agacement et de tristesse. Elle enchaine en me parlant de la Confrérie, du petit, etc... C'est curieux: à plusieurs reprises, il m'est arrivé d'affronter les X-Men, et jamais auparavant nous avions pris le temps de discuter - si l'on peut nommer ça une discussion. Faut dire qu'en général, je tombe contre le petit nerveux avec les griffes, qui sent le tabac froid et la bière bon marché. Pas le temps de papoter avec ce genre d'individu. Mais là, on dirait que les choses peuvent évoluer d'une façon légèrement différente.

Enfin, ça aurait pu être le cas, si les pensées d'un passé révolu ne venaient pas bousculer la raison dont je pouvais faire preuve.

- Ils l'ont tuée...


En même temps que je prononce ces mots, mes poings se resserrent. J'ai encore la sensation de broyer les crânes de Gravinof et ses sbires, aussi facilement que vous écraseriez des oeufs en chocolat. Le craquement, le liquide chaud qui s'en écoulait. Les hurlements ayant précédés l'ultime délivrance.

Je perçois l'incompréhension dans le regard de la jeune femme, c'est pourquoi je me montre plus explicite, dressant un index accusateur dans sa direction.

- Ces humains que toi et tes potes vous évertuez à protéger. Ils ont tué ma mère. Et tu sais pourquoi? Parce qu'elle avait mis au monde un mutant!


Je fais un énorme raccourci, mais soyons francs, si je n'avais pas eu ces facultés surhumaines, je serais probablement encore en train de labourer dans les champs d'une ferme collective russe, dans un coin d'Europe oublié par le reste du monde.

La main qui était dressée vient alors s'appuyer contre le mur juste à coté de moi. Du bout du doigt, j'exerce une pression suffisante pour que le mur se lézarde.

- Combien de ces monstres vivent dans cet immeuble? Dix? Vingt? Combien d'entre eux n'hésiteraient pas à tous nous condamner pour continuer à vivre comme ils le font? En polluant notre air. En détruisant notre environnement. La Confrérie veut préserver les mutants de ce futur funeste que les humains nous réservent. Si nous ne faisons rien, ils nous entraineront dans leur chute. C'est pourquoi nous devons agir. Agir avant qu'il ne soit trop tard. Et c'est sans compter tout le mal que ces gens sont capables de nous faire!

Je ponctue ma phrase d'un léger coup de poing, qui vient faire trembler tout l'étage.
Je me demande si finalement, discuter, c'est si bien que ça...

Sujet: Re: Battle for a Soul!   14.12.18 10:54
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!
Ambiance musicale

Bravo Kitty, quelle délicatesse… Comme quoi les mots blessent parfois plus que les coups… Je l’écoute m’annoncer comme on laisse tomber une pierre que sa mère a été tuée, et cette nouvelle me fait l’effet d’un uppercut. Parfois, on a tendance à oublier ce qu’il y a derrière la Confrérie. Des gens tout simplement, comme lui, comme moi, qui ont ou ont eu une famille, souvent des mutants écorchés, ayant subit de nombreux malheurs les poussant à vivre leur mutation autrement. D’un coup, la tension presque un peu amusante de plus tôt disparaît, et je sens simplement le froid, comme si un vent de Sibérie, spectre de son passé, venait souffler sur nous toute sa mélancolie. Et je me sens mal. Terriblement nulle. Tellement, que je n’arrive qu’à bredouiller le début d’une excuse qui se perd dans ma gorge :

« J… Je… »

Mon silence est probablement plus éloquent que mes mots, je détourne un peu le regard, fâchée contre moi-même de cette empathie qui pourrait bien me jouer des tours, à force. Mais la compassion est un principe que Xavier lui-même défend, après tout. En revanche, là où je semble plus confuse, c’est sur la nature de ce ‘ils’. Qui sont-ils ? Lui demander ? Non, jamais. Je n’ai pas envie de rendre l’instant encore plus gênant avec ma curiosité mal placée. Mais il semble deviner mon interrogation puisqu’il pointe vers moi un index accusateur, presque vindicatif tandis qu’il m’aboie dessus des reproches que j’ai peine à comprendre mais qui m’étreignent le cœur quand je transpose sa situation avec la mienne… Comment aurais-je vécu ça ? Je serais probablement aussi furieuse, aussi dévastée qu’il a pu l’être… Et peut-être que moi aussi je me serais tourné vers les mauvaises personnes. Je dis mauvaise car même si nous partageons quelques idéaux avec les mutants de la Confrérie, ils sont clairement des êtres souvent blessés ou tout simplement cruels pour certains… C’est sans doute pour ça qu’ils recrutent plus facilement les mutants les plus isolés, les plus fragiles ou blessés sur le plan émotionnel… Ils tombent bien plus facilement dans leur propagande.
Le colosse rabat sa main, l’appuyant avec une telle force contre le mur qu’une simple pression semble le fendre. J’ai un frisson qui parcourt mon échine malgré moi, car je ne peux m’empêcher de compatir. Son apparente vulnérabilité à ce sujet ne me laisse pas indifférente : j’ai de la peine pour lui, et j’ai le sentiment profond qu’en d’autres temps, en d’autres lieux, et si les choses avaient été différentes, cet homme aurait été juste, droit et bon. Je le sens, simplement… Mais pour l’heure, il est aveuglé par la colère, par la rancœur et par un idéal qu’on lui a mit dans la tête. Je l’écoute parler et c’est parfois un autre que j’entends parler à sa place. Mais il n’y a pas que le discours de Magnéto, il parle de l’environnement, d’un futur qui pourrait bien nous échapper et je suis alors certaine qu’il a rejoint la Confrérie pour de mauvaises convictions. Son poing se referme et il donne un coup dans le mur qui fait alors trembler tout l’étage.
Est-ce sa manière de m’impressionner pour avoir le dernier mot ? Je fronce les sourcils : ça ne marche pas comme ça… J’ouvre les bras d’incompréhension, cherchant à capter son regard :

« Non mais, tu t’entends parler ? C’est… n’importe quoi et tu te contredis tout seul : s’ils méritent tous de mourir selon toi, s’ils sont tous les mêmes, alors tu ne vaux pas mieux que ce qui ont tué ta mère. » Je m’approche un peu, pointant l’étage du dessus de mon index, en continuant de de faire face au colosse, un air à la fois déterminé et compatissant sur les traits de mon visage. Je suis peut-être un peu sèche quand je lui parle, mais je suis tellement atterrée par sa façon de penser alors qu’il condamne ce qu’il prône lui-même ! « Combien de ces ‘monstres’ comme tu dis, ont mis au monde des gens comme toi et moi ? … Il y avait un homme qui agissait comme Magnéto, et qui a condamné une race toute entière au profit de ce qu’il pensait être le genre supérieur, je peux t’en parler, mon grand-père à connu la Shoah… Tu comprends ce que je veux te dire ? »

Un nouveau pas vers lui, j’essaye d’être moins agressive dans mes propos, pour essayer d’atteindre une part en lui que je devine compatissante. Mais peut-être que jouer avec les émotions d’un Colosse de métal à qui on a tout arraché, c’est pas la meilleure des idées…

« Tu crois pas que le gamin a peut-être envie de préserver sa famille ? Qu’ils soient mutants ou non ? C’est encore un môme ! Comment tu crois qu’il va réagir si vous lui imposez de sacrifier sa vie ici, sa famille parce qu’elle est différente de vous ? … T’aurais fait quoi, toi, si on te l’avait demandé ? T’aurais fait quoi si on t’avait proposé, à la place, de l’aide et de la protection pour toi et ta famille ? Parce que les X-men ne protège pas seulement les nôtres, on étend notre protection à nos familles parce que.. On est une famille.»

Je me trouve maintenant à une longueur de bras de lui. Mon regard se fait légèrement fuyant le temps de quelques secondes où je me sens… gênée. J’hésite avant de reprendre, sur un ton plus doux et compatissant, venant poser le bout de mes doigts toujours endoloris avec précaution sur le métal froid de son avant-bras. C’est plus fort que moi, je suis une personne tactile quand j’ai besoin de réconforter. Je lui montre qu’il n’a pas à se méfier, pas de mauvais tour simplement une excuse sincère.

« Je… suis désolée. Peu importe notre alignement, c’est une douleur universelle et… J’imagine à peine… Désolée. »


Sujet: Re: Battle for a Soul!   14.12.18 13:14
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

En acceptant cette mission, je ne m'attendais pas du tout à ça. Bon, trouver des membres de l'X-équipe sur ma route, c'était à prévoir. Mais échanger ainsi des phrases avec une personne issue du camp opposé... Mais en y réfléchissant bien, Xavier et Erik parlent encore, alors que tout les oppose. Après, ils étaient déjà amis avant que leurs visions des choses ne compliquent leur relation. Là, c'est différent. Papoter avec une X-Woman... Disons que si Dants-de-Sabre avait été envoyé à ma place, il y aurait déjà un nombre de victimes inutiles assez élevé.

Elle s'en veut. De? Et bien d'avoir abordé le sujet de ma mère ayant induit la réponse que j'ai fait par la suite. Elle ne le dit pas clairement, mais il n'y a qu'à voir son regard fuyant, la façon dont elle balbutie des débuts de phrases qui ne donnent rien. Est-ce que je suis fier de l'avoir placé dans cette position délicate? Pas vraiment. Mais comme dit précédemment, j'ai pas l'habitude qu'on parle sur le champ de bataille - même si ici, le champ de bataille est le couloir d'un immeuble où je ne voudrai pas vivre.

Mais cette mine chagrinée qu'elle affichait finit par s'estomper pour laisser place à un regard un peu plus sévère, les sourcils froncés. Elle me met face à mes contradictions, me demandant si en agissant comme je le fais, je vaux mieux que ceux que je condamne. Oh, petit chat, si tu savais. J'étais pire qu'eux avant de rejoindre la Confrérie, et les horreurs que je commettrai dans le but de préserver les miens viendront alourdir un bilan déjà bien chargé en vies éliminées. Je ne dis rien, penchant simplement la tête sur le coté.

Mais une remarque me tire un léger rire. Mes épaules s'animent alors que je le contiens, réagissant à ce qu'elle vient de dire. Je pose alors mes mains sur les hanches. Est-ce que je suis en train de me moquer du fait que son grand-père ait connu la Shoah? Non, je laisse ça aux monstres qui se gaussent sur le sort des parents exécutés.

- Evidemment, que je comprends. Ce n'est pas quelque chose dont il parle souvent, mais Erik nous a expliqué ce qu'il a pu vivre dans les camps. Et c'est exactement pourquoi il ne veut pas que les siens soient victimes de cela à nouveau.

Et oui. La carte de la World War II et de son lot de victimes, disons que c'est pas vraiment l'argument massue qui peut nous enterrer. D'une part, parce qu'Erik a donc déjà été victime de la folie des hommes. Et d'autre part, ce sont bien les humains qui ont versé le premier sang. Jamais il n'y aurait eu scission entre le Professeur et Magnéto si les actions des humains n'avaient pas forcé une réaction de la part des mutants. Le premier a simplement prôné la compassion, et le second l'utilisation de la force.

Je suis capable de l'une comme de l'autre, mais les événements m'ont conduit à faire un choix difficile. Tout en me parlant de l'avenir du petit, elle se rapproche. Lentement, comme si réduire la distance entre elle et moi physiquement pouvoir réduire celle qui nous sépare sur le plan idéologique. Si c'était aussi simple...

- Les familles font leur deuil, quand ils perdent un proche. Au sien de la Confrérie, nous répliquons.


C'est une nuance qui me fait peine, mais qui malheureusement existe. Sa main maintenant sur mon avant bras, je baisse la tête pour pouvoir la regarder dans les yeux. Et je prends le temps de choisir les mots que je vais prononcer.

- Le choix m'a été retiré le jour où un trafiquant de drogues m'a enlevé pour devenir son garde du corps. A partir de là, la possibilité d'intégrer quelque chose de semblable aux X-Men a été totalement exclue.


S'ensuit quelque chose que je ne soupçonnais pas. Si elle a tenté des amorces de phrases lorsque j'ai fait état de ma situation familiale, je ne pensais pas qu'elle reviendrait dessus. C'est pourquoi les excuses qu'elle formule sont si inattendues. Je n'arrive pas à expliquer l'effet qu'elles ont sur moi. Du réconfort? Est-ce que c'est comme ajouter un peu de jus de citron sur une plaie ouverte? Je ne sais pas.

Prenant une profonde inspiration - qui est plus un réflex qu'un réel besoin quand je suis sous ma forme métallique - je reprends la parole pour dire un truc qui me fait pas réellement plaisir/

- Merci, mais... Tu te doutes que je ne peux pas en rester là, hein?

Oui, cette petite question purement rhétorique est en quelque sorte le "Ding" de reprise dans un match de boxe où les poings comptent autant que les mots.

Sujet: Re: Battle for a Soul!   16.12.18 1:04
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!

Il semble penser que j’ignorais cette partie du passé de Magnéto, mais j’ai déjà eu l’occasion de voir le tatouage chiffré sur son avant-bras. Je sais qui il est, et je devine ce qu’il a pu vivre. Mais ça ne donne pas de raison valable pour l’extrémisme dont il fait preuve. Ce serait comme cautionner le fait qu’un homme ayant été battu dans son enfance fasse le bon choix en répétant lui-même la chaîne de la violence. Le Confrériste aura beau tenter de tourner la chose dans tous les sens, je ne pourrais jamais cautionner les agissements de Magnéto, même si ce que lui et ses mutants ont pu subir est terrible. Mon interlocuteur semble réprimer un sourire quand il évoque Magnéto, comme s’il s’amusait de retourner cet argument contre moi. Mais je ne me sens pas ‘piégée’ pour autant.

« Je sais bien qu’il a eu son lot de souffrance, ce qu’il a pu vivre… ce que toi tu as vécu, je ne le souhaite à personne, vraiment… Mais ça n’est pas la bonne solution… »

Je m’approche peu à peu de lui : je crois que c’est une grande première pour moi, de pouvoir échanger autant avec un membre de la Confrérie. Disons que les camarades du russe ne sont habituellement pas de grands adeptes de la discussion… A part le Professeur et Magnéto, peu d’entre nous avons déjà pris le temps d’échanger, de parler… C’est assez étonnant, quand on y pense, ce contraste entre le physique de cet homme et le fait que nous puissions converser avec plus ou moins de tension… Ce n’est pas avec Dent de Sabre que j’aurais pu faire ça… Je ne peux m’empêcher de l’observer, d’essayer de comprendre, de chercher dans son regard métallique ce qui fait de lui quelqu’un de suffisamment différent de ses confrères.
C’est étrange, mais j’ai le sentiment qu’il pourrait être un genre de chaînon manquant entre la Confrérie et les mutants de l’Institut… J’veux dire, qui d’autre demanderait à son adversaire si ça va, après une blessure en plein combat ?
Il ne laisse pas le silence s’installer, même si parfois il semble chercher les mots qu’il va prononcer, comme si chacun de ses mots et gestes était mesuré.

« Je sais que ça peut faire cliché mais, la vengeance ne mène à rien. C’est sans doute hypocrite de ma part, car je n’ai pas cet horrible poids à porter dans mon cœur, mais répliquer n’est pas une solution… On ne peut pas régler ça comme une équation... Je sais que certains ne méritent pas de vivre, mais d’autres au contraire n’ont rien demandé… Certains sont des dommages collatéraux, et se retrouvent à subir un sort parce qu’ils n’ont rien fait à part… naître mutant ou non-mutant… »

J’essaye d’éviter clairement de parler de sa mère, encore, mais le sous-entendu est là malgré tout. Je m’approche un peu plus. Je n’essaye pas forcément de le convertir, après tout, on est trop différents pour que ça fonctionne. Non, ce que j’aimerais, c’est au moins le sensibiliser assez pour qu’il comprenne ce qu’il y a de mieux pour le gamin. Cette fois-ci, je me retrouve à toucher du bout des doigts son avant-bras. Sa peau métallique est à l’image de la Confrérie : froide, glacée, probablement imperméable. Il baisse les yeux vers moi, et je me demande un instant s’il peut sentir la chaleur de mes doigts à travers cette carapace de métal… Ou bien cette chaleur se perd-elle quelque part, là où mes mots s’égarent également ? Il y a un instant de silence, et j’ai presque l’impression d’entendre les rouages de son cerveau alors qu’il semble chercher ses mots. Finalement, sa confession me fait de nouveau l’effet d’une pierre sur le cœur. Et si au final, c’était ça, la Confrérie ? Un rassemblement de « gueules cassées », des personnes rejetées que nous, les x-men, nous n’avons pas eu le temps d’aider ? Je compatis, mais encore une fois, ça ne donne pas raison à la Confrérie.

C’est là que j’ai finalement trouvé les mots pour m’excuser de ma maladresse de plus tôt. Je n’avais aucunement cherché à le blesser de cette manière, et je n’aurais certainement pas apprécié d’en être victime. Je ne sais pas vraiment s’il apprécie l’attention ou non, difficile de deviner ses pensées et de lire les expressions de son visage. Mais puisqu’il n’a pas cherché à m’étrangler pour l’instant, alors peut-être qu’il n’est pas si insensible qu’il n’y parait…

« Merci, mais... Tu te doutes que je ne peux pas en rester là, hein? »

Je lâche un petit soupire. C’est dommage. J’ai pourtant l’impression que pour une fois, je ne m’adresse pas à un mur… Un peu dépitée, déçue, je me mords la lèvre inférieure, en baissant les yeux, la main toujours sur son avant-bras.

« Oui… Je me doutais bien que tu allais dire quelque chose comme ça… Dommage… »  

Je pense qu’il s’en rend compte trop tard, car quand je cesse de toucher son avant-bras, il se retrouve les pieds et les mollets phasés dans le sol, et sa main qui était en contact avec le mur se retrouve prise jusqu’au poignet. J’espère qu’il ne m’en voudra pas trop… D’ailleurs, je pars à reculons, un air sincèrement désolé dans le regard :

« Désolée… J’espère que tu ne m’en voudras pas trop, joli cœur, mais je peux pas te laisser partir avec le môme sans essayer de lui proposer mieux… On se reverra, j’espère…»

Je suis peut-être un peu trop confiante, me direz-vous… Je compte déguerpir rapidement d’ici avec le môme à vrai dire. Je me mets à phaser et à « voler » à travers le plafond, rejoignant bien plus rapidement l’appartement du gosse. Je frappe à la porte, mais pas de réponse. Quand je phase à travers la porte, je découvre un appartement vide. Je m’aventure, appelant le petit Matt, mais quand j’arrive dans ce qui semble être sa chambre, je découvre qu’il a juste ouvert la fenêtre et qu’il s’est fait la male par l’escalier de service. Je lâche un profond soupire.

« Bravo… Super… La mission est un échec… Au moins, il échappe à la Confrérie... »


Sujet: Re: Battle for a Soul!   17.12.18 14:55
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

Famille. Armée. On dirait bien que la façon dont nous considèrent nos leaders respectifs ne sont pas tout à fait similaires. On ne peut pas dire que nous sommes vraiment les petits soldats de Magnéto, mais nous ne sommes clairement pas ses égaux, au sein de la Confrérie. Il y a une hiérarchie, chose qui ne semble pas exister chez les X-Men. Comme cette propension au dialogue. Chez nous s'épancher sur ce qui peut nous tourmenter, c'est plus une preuve de faiblesse qu'une façon de se reconstruire. On ne parle de nos passés respectifs que pour alimenter notre haine de notre prochaine. Là? Ce court échange verbal que j'ai pu avoir avec l'X-Woman est déjà plus conséquent que tout ce que j'ai pu dire aux autres membres de mon groupe. Mais c'est ainsi que nous fonctionnons.

Le paradoxe de mon pouvoir fait que je peux encaisser de grosses explosions, mais que pour autant, je suis assez sensible pour sentir la main que la jeune femme dépose sur mon bras. Baisser les armes juste un instant, cela permet de se détendre, même un tout petit peu. Mais c'est surtout une grossière erreur que je fais!

Je ne réalise que trop tard qu'elle vient de me berner! Je ne l'ai pas vu venir, distrait par son soupir et cette adorable façon qu'elle a eu de se mordre les lèvres. Bilan? Je suis enfoncé dans le sol jusqu'aux mollets et la main qui était appuyée contre le mur ne fait plus qu'un avec ce dernier.

- Mais que...

Je lève les yeux, et la vois disparaître tel un fantôme. Point de fanfaronnade cette fois, et me voici seul, comme un gland, coincé dans ce qui me supportait jusque-là. La situation atteint un niveau de ridicule qui me fait franchement sourire. Heureusement que personne n'est là pour voir ça. Ou ce qui va suivre. J'utilise ma main libre pour dégager mon autre main. Un coup de poing, et ce qui maintenait mon membre bloqué vole en éclats. Je fais pareil pour mes pieds, en faisant gaffe de ne pas passer au travers du plancher.

- Bon...

Au pas de course, je regagne l'étage de la future recrue de la Confrérie. Je suis devant la porte de l'appartement, toujours fermée. Du bout de l'index, je fais voler la serrure, me permettant ainsi d'entrer - presque pas - illégalement chez le petit gars. Et, ô surprise, il n'est plus là. Mais plus grande surprise encore: l'X-Woman est toujours présente. Pas besoin d'être prix Nobel pour comprendre ce qui s'est passé.

Adressant un regard en coin à mon adversaire du jour, je souffle simplement un

- Il s'est barré, c'est ça?

Bon, ça va que l'on n'a pas trop fait de dégâts. Pas de victimes. Pas de blablabla... Parce que si c'est pour rentrer bredouille! Prenant une légère inspiration, je redeviens humain, conscient que notre affrontement touchait à sa fin, avec la disparition de Matt.

- On fait quoi maintenant? finis-je par demander, le plus naturellement du monde.




Sujet: Re: Battle for a Soul!   26.12.18 8:28
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_ovccgq64au1up42jgo6_540_by_estrella_angel-dcpqoyo
Battle for a Soul!

Il est une chose que je ne peux pas retirer à mon adversaire : c’est sa ténacité… Je m’attendais presque à ce qu’il se rut sur moi pour lancer un troisième round, mais il doit bien sentir que je n’ai plus trop le cœur à ça, tandis que je fixe l’escalier de service par la fenêtre. Un peu perdue dans mes pensées, je relève tout juste sa présence : je m’en veux, d’avoir laissé échapper ce gosse. Il pourrait se mettre en danger, mettre son entourage en danger… Et si nous l’avions poussé à sa perte, à cause de notre bête querelle ? Je me mords l’intérieur des lèvres, fâchée contre moi, songeant à ce que pourrait bien penser le Professeur de toute cette histoire, quand je prends enfin conscience de l’arrivée du colosse de métal.

« Eh bien, tu es un véritable boomerang, toi… » je commente, avec une pointe d’humour, mais je semble un peu plus dépitée par cette situation.

Il formule tout haut une question parfaitement rhétorique, à propos du gamin, et sans le regarder, je réponds simplement en parcourant un peu le contenu du bureau de l’adolescent, m’arrêtant parfois sur quelques bibelots, des dessins, des cartes à collectionner, des photos de famille, d’amis… La vie d’un adolescent tout ce qu’il y a de plus normal, quoi.

« On l’a effrayé. » Un ton de reproche ? Peut-être, léger, mais je me sens aussi fautive qu’accusatrice. « J’espère qu’il ne va pas s’attirer d’ennuis… »

Ni s’en créer d’ailleurs… Il n’a pas l’air d’être un mauvais garçon, simplement un môme qui, j’en suis sûre, sous une bonne influence, grandirait pour être une bonne personne. Il n’y a qu’à voir sa chambre. Mon adversaire a abandonné sa forme de métal pour retrouver sa forme humaine, moins baraquée, certes, mais malgré tout impressionnante. Et je suis surprise par sa question. Je lève les sourcils, ouvrant des yeux ronds, un ballon de basket trouvé dans un coin du bureau à la main. Je le fais tourner entre mes mains, ne pouvant réprimer un sourire amusé :

« ‘On fait quoi maintenant ?’… Vraiment ? » je laisse échapper un léger rire, en haussant les épaules, répondant tout aussi naturellement que lui, « On sait tous les deux ce qu’un autre de notre camp ferait à notre place… Et on sait tous les deux que notre combat pourrait durer des heures et mener à rien… Alors soit, on part chacun de notre côté, comme de bons petits soldats, faire notre petit rapport et expliquer pourquoi on n’a pas réussi à ramener/ rassurer un jeune mutant qui erre maintenant dans la nature… »

Et croyez-moi, je ne suis pas pressée de devoir le faire ce rapport, sans compter que mentir au Professeur ou à Jean ne sert strictement à rien… Quant Logan, il jugerait que j’ai beaucoup trop ‘sympathisé’ avec l’ennemie… Je lance le ballon à mon adversaire, d’un air espiègle, avant de conclure :

« Soit, puisque c’est évident que c’est de ta faute, toute cette histoire, tu m’offres un truc à manger, et on tente de voir si le môme traîne dans le coin… »

J’ai l’air plutôt fière de moi, et je dois avouer que, même si je m’attends à ce qu’il décline directement mon offre, je souris à l’idée qu’il puisse au contraire accepter.
Quoi ? Il y a un dicton qui dit sois proche de tes amis, encore plus de tes ennemies ! Je n’invente rien… Même si clairement, sa compagnie me semble loin d’être désagréable.
Je m’égare.

« Deal ? Ou tu préfères prendre un Uber et rentrer bredouille… » Un sourire de chat s’étire sur mes lèvres tandis que je lui tends une main, pour sceller notre marché.

Sujet: Re: Battle for a Soul!   09.01.19 22:15
Invité
Invité
Anonymous
Battle for a Soul! Tumblr_nzu1b3TUlz1twgs7qo1_500
Battle for a Soul!

Nous pourrions résumer cette journée en un beau "C'est un échec". J'entends déjà les railleries du Crapaud et du Blob, qui se moqueront du fait que je n'ai pas été capable de ramener un adolescent au sein de la Confrérie. Mais ceci n'est rien à coté des insultes de Dents-de-Sabre, qui pense que sa fureur et ses crocs peuvent m'effrayer.

Et une chose est certaine, c'est que si mon adversaire du jour n'avait pas été le passe-muraille, j'aurais pu réussir. Et si le môme s'était quand même tiré sans laisser de trace, nous serions en train de tout saccager dans un affrontement idiot et inutile. En lieu et place, la petite brune expose les différentes options qui s'offrent à nous. Mains sur les hanches, j'écoute ses propositions, bougeant la tête de gauche à droite, le regard balayant les lieux, cherchant vainement un indice pour savoir où Matt aurait pu se rendre.

Jusqu'à ce que la demoiselle me tende la main, me proposant un deal. Mes yeux vont de sa main à ses yeux, avant de revenir sur sa main. Je finis par regarder le plafond, prenant une profonde inspiration tout en faisant "Non" de la tête, avant de sceller notre marché d'une poignée de main.

- Deal.

C'est tout ce que je dis, avant de desserrer l'étreinte que j'exerçais jusque-là. Plongeant mes mains dans les poches arrières de mon jean, je prends la direction de la sortie, puisque visiblement, nous n'avons plus rien à faire ici.

- Je crois que j'ai vu un Libanais, à un pâté de maison. Peut-être qu'il sert des trucs à emporter.
Tournant ma tête vers mon interlocutrice, j'ajoute un: sauf si tu préfères autre chose!

Cela fait un moment que je ne suis pas sorti manger un morceau avec quelqu'un. Faut dire que l'on est un peu des terroristes recherchés, chez la Confrérie. Donc bon, les petits repas en tête-à-tête au petit restau du coin, on oublie.

Je commence à descendre les marches, en pensant à la tournure plutôt bizarre que prennent les événements. Pas bizarre dans le sens effrayant, non, pas ça. C'est plus un bizarre "Whao, je ne m'attendais pas à ça". Là encore, ça change des affrontements, des "Magnéto n'aura jamais raison" ou des "Xavier n'est qu'un chauve qui..." Enfin passons, là n'est plus le propos.

Enfin arrivé en bas, je jette quand même un petit coup d'oeil, pour voir si Matt n'est pas là. En fait, j'espère presque qu'il soit vraiment parti suffisamment loin pour qu'on ne le croise pas, que cette pause entre les combats que l'on se livre puisse durer encore quelques minutes. Et coup de bol, on a bien foiré elle et moi, puisque le gosse n'est pas dans mon champ de vision!
Sujet: Re: Battle for a Soul!   
Contenu sponsorisé

We are Groot! :: RP
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum